BFM Business

Le Financial Times officiellement à vendre

-

- - LEON NEAL - AFP

Le grand quotidien britannique de l'économie n'est plus dans les petits papiers du groupe Pearson. Son propriétaire depuis 1957 est en "discussions avancées" pour le vendre.

Qui a dit que les titres de presse écrite ne valait plus rien? Pas le groupe Pearson en tout cas. La maison d'édition étudie la vente du Financial Times. Il confirme ce 23 juillet être en "discussions avancées" pour le céder. Il précise tout de même qu'"il n'y a aucune certitude que ces discussions aboutissent à une transaction".

Bloomberg, lundi 20 juillet, affirmait que le britannique ne cèderait pas son FT (prononcez "effeti") pour moins de 1 milliard de livres sterling (1,4 milliard d'euros). Pour mémoire le Washington Post, le dernier grand quotidien cédé, avait été acquis en 2013 par Jeff Bezos, le patron d'Amazon, pour "à peine" 250 millions.

L'éditeur allemand Axel Springer, qui pourrait être intéressé d'après Bloomberg, avait refusé de commenter cette information. Le géant allemand des médias (propriétaire, notamment, du premier tabloïd allemand Bild, du quotidien Die Welt, mais aussi des sites internet français Aufeminin.com et de Seloger.com) discute actuellement avec le télédiffuseur ProSiebenSat.1 en vue d'une fusion.

Les Echos, un FT à la française

Et qu'en penserait Bernard Arnault? Il a, en effet, racheté au groupe Pearson, il y a sept ans, le quotidien Les Echos. Le patron français de LVMH qui finalise l'acquisition du Parisien a toujours le goût de la presse. Le Financial Times étant par ailleurs un modèle pour la plus grande fortune française, qui affirmait vouloir faire des Echos "un FT à la française".

La cession du Financial Times a fait l'objet de nombreuses spéculations ces dernières années, d'autant plus que Pearson s'est recentré sur le renforcement de sa division scolaire. L'éditeur britannique assure toutefois que le quotidien économique a sa place dans son portefeuille. En 2012, il avait démenti une information de Bloomberg annonçant qu'il recherchait des repreneurs pour cette activité. 

Frédéric Bianchi