BFM Business

Le cinéma, potion de jouvence de l'octogénaire Jérôme Seydoux

Jérôme Seydoux et sa femme Sophie à l'Elysée en 2009

Jérôme Seydoux et sa femme Sophie à l'Elysée en 2009 - Eric Feferberg AFP

Le patron de Pathé fête ses 80 ans ce dimanche 21 septembre, mais n'entend pas raccrocher et reste en pleine forme. Mais la série de flops produits depuis deux ans ont fait plonger Pathé dans le rouge.

C'est le doyen des producteurs de cinéma français. Jérôme Seydoux fête ce dimanche ses 80 ans. Mais il n'a visiblement aucune intention de raccrocher. Au printemps, son mandat d'administrateur de Pathé a été renouvelé pour six ans, soit jusqu'au printemps 2020. Et il a fait supprimer toute limite d'âge dans les statuts...

On comprend qu'il joue les prolongations, car il n'a rien perdu de sa vivacité, à en croire ses interlocuteurs récents. Ainsi, un banquier qui a récemment négocié avec lui, reste impressionné: "nous lui avons soumis un problème un peu technique avec plusieurs options, il a tout de suite compris et trouvé la bonne solution". Un professionnel du cinéma ajoute: "je l'ai vu mouiller la chemise sur scène pour défendre ses films devant les exploitant de salles lors de leur congrès. C'est le seul patron qui fait ça!"

"Il anticipe toujours"

Janine Langlois-Glandier, qui a travaillé neuf ans avec lui, abonde: "il travaille beaucoup, avec l'apparence d'une certaine décontraction. Lorsqu'on le sollicite pour une décision, on est toujours surpris de la rapidité de la réponse. Son management est direct: il n'aime pas la bureaucratie et se méfie des hiérarchies très sophistiquées. Il va à l'essentiel et anticipe toujours. C'est le seul manager français qui ait vu arriver à la fois la bulle internet, puis son éclatement. Et humainement, il est ouvert et curieux". 

Il donne son avis sur les affiches

Jérôme Seydoux Fornier de la Clausonne (son nom complet) va donc continuer à s'adonner à ses deux passions. D'abord, le football. Il est vice-président de l'Olympique Lyonnais. Et Pathé est le second actionnaire du club, avec 29,9% du capital. 

Et surtout le cinéma, et notamment la production de films, dans laquelle il reste très impliqué. Un récent portrait de Challenges assurait qu'il lit les scénarii et donne le feu vert lui-même, et donne même un avis sur les affiches. "C'est un autocrate, qui n'en fait qu'à sa tête et change souvent d'avis", déplore un producteur qui a travaillé avec lui.

Et il a gardé un flair certain. Il a ainsi produit ces dernières années Bienvenue chez les Ch'tis (20 millions d'entrées), Le prénom (3,3 millions) ou Lol (3,7 millions). Pathé a aussi co-produit Les Choristes (8,6 millions) et Camping (5,5 millions). 

Mais, depuis 2012, Pathé a cumulé une série de flops mémorables. Turf n'a attiré que 381.000 spectateurs, malgré un budget de 23 millions d'euros. Marius et Fanny ont coûté au total 15 millions d'euros, mais ont attiré chacun moins de 375.000 spectateurs. De son côté, Des gens qui s'embrassent a englouti 17 millions d'euros, pour faire sourire 143.000 égarés. Ou ce Bonheur des ogres, qui a absorbé 13 millions d'euros, pour ne contenter que 160.000 fans. Ou encore, Nous York et Oncle Charles ont chacun coûté 11 millions d'euros, mais n'ont rameuté respectivement que 614.000 et 300.000 curieux. Et enfin David et madame Hansen (7 millions d'euros de budget) a été vu par moins de 100.000 spectateurs.

Et ce n'est peut être pas fini. Pathé a aussi financé le film de Jamel Debbouze, Pourquoi j'ai (pas) mangé mon père, au budget record de 32 millions d'euros, qui sera donc difficilement rentable... Réponse en avril prochain. 

Chute des résultats

Un producteur explique: "Pathé produit typiquement des films à gros budget, comédies ou films à stars, qui, dans le passé, dépassaient le million d'entrées, mais aujourd'hui n'y arrivent plus, et donc sont l'objet de toutes les critiques". 

Résultat: depuis 2012, l'activité production est tombée dans le rouge, et ses revenus ont chuté d'un tiers (cf. ci-dessous). Certes, l'essentiel des revenus de Pathé proviennent de l'exploitation de salles (en France, aux Pays-Bas et en Suisse), qui apporte une rentabilité régulière. Mais cela n'a pas suffit à compenser la chute de la production. Résultat: depuis 2011, chiffre d'affaires, rentabilité et endettement se dégradent pour tout le groupe. Et le résultat net du groupe est même tombé dans le rouge en 2013...

Interrogé, Pathé n'a pas souhaité faire de commentaires. 

NB: le nombre d'entrées provient de JP Box Office

Sa biographie officielle

Jérôme Seydoux est diplômé de l'Ecole nationale d'électronique, d'électrotechnique et d'hydraulique de Toulouse. Il a débuté sa carrière comme analyste financier chez Istel Lepercq and co à New York de 1962 à 1963. En 1964, il rentre chez Neuflize Schlumberger Mallet, et occupe successivement les mandats d'associé et de membre du directoire de la banque. En 1969, il rejoint Schlumberger Ltd en tant qu'administrateur, puis vice-président exécutif, et enfin, en 1975, directeur général de cette société qu'il quitte un an plus tard. Il occupe ensuite successivement des postes de direction chez Pricel (président de 1976 à 1981), Chargeurs (président de 1981 à 1996, et vice-président depuis) et BSkyB (président du conseil d'administration de 1998 à 1999). Jérôme Seydoux assume depuis 1991 les fonctions de président de Pathé.

Jamal Henni