BFM Business

Le Botswana renonce à augmenter sa participation dans le diamantaire De Beers

Anglo American détient désormais 85% du diamantaire De Beers.

Anglo American détient désormais 85% du diamantaire De Beers. - -

Le géant minier qui voulait racheter la part de la famille Oppenheimer dans le diamantaire a obtenu satisfaction. Le Botswana, lui aussi désireux d’obtenir plus de parts de la société, a jeté l’éponge le 31 juillet.

De Beers change de main. Depuis mardi 31 juillet, le numéro un mondial du diamant est désormais détenu à 85% par le minier Anglo American.

Ce groupe anglo-sud-africain avait manifesté dès novembre son souhait de monter davantage au capital de De Beers. Il possédait alors 45% du diamantaire et comptait racheter les 40% de la famille Oppenheimer.

Mais l’Etat du Botswana, actionnaire à 15% du groupe, disposait encore d’une option pour faire passer sa participation à 25%. Il a choisi d’y renoncer mardi 31 juillet. Le gouvernement motive cette décision par les "coûts importants que ce choix aurait occasionnés à un pays dont le budget est encore en déficit".

L’exercice de cette option aurait en effet coûté 1,275 milliard de dollars au Botswana, selon le Wall Street Journal. Cette somme représente environ 10% de son PIB. Une dépense que le Botswana ne peut donc se permettre, alors que l’Etat veut ramener à zéro son déficit d’ici un an et demi.

La famille Oppenheimer se retire après 80 années de présence

Anglo American a donc désormais la voie libre pour racheter l’ensemble des parts de la famille Oppenheimer dans De Beers. Elle débourse ainsi 5,1 milliards de dollars pour effectuer cette acquisition.

Ce rachat marque la fin d’une époque: la famille Oppenheimer détenait De Beers depuis quatre-vingts ans. Mais ces dernières années, le marché était devenu plus volatil et risqué. Et le leader mondial n'avait plus le même contrôle sur le secteur. Selon un analyste, la famille aurait donc souhaité se désengager.

Karine Vergniol et BFMbusiness.com