BFM Business

L'époustouflant bénéfice de Chanel en 2014

Les résultats de Chanel ont nettement progressé.

Les résultats de Chanel ont nettement progressé. - Patrick Kovarik - AFP

Très discret sur ses comptes, le groupe de luxe français n'a pas à rougir de ses résultats financiers. En 2014, son bénéfice après impôts a encore progressé de 38% pour atteindre 1,4 milliard de dollars.

Discrète et pourtant puissante. La maison Chanel, détenue par les frères Alain et Gérard Wertheimer, les petits-fils du fondateur, ne communique jamais ses chiffres. En effet, non seulement elle n'est pas cotée en Bourse, mais en plus la maison de luxe française est contrôlée par une holding néerlandaise, pays où la publicité financière est moins contrôlée qu'en France. Elle n'est donc pas obligée légalement de publier ses chiffres et elle ne s'en prive pas.

Difficile donc de se faire une idée de la puissance de cet empire. Car c'est bien d'un empire dont il s'agit. Bloomberg a réussi à obtenir les comptes de Chanel International B.V., l'entité néerlandaise qui détient Chanel et ses filiales. L'an dernier, le chiffre d'affaires du groupe a atteint 7,51 milliards de dollars (6 milliards d'euros au 31 décembre), un bond de 9,4% par rapport à 2013. Le profit opérationnel dépasse les 2 milliards de dollars. Mais c'est surtout le bénéfice qui est impressionnant. Il s'est envolé de 38% pour atteindre 1,44 milliard de dollars.

La fortune des propriétaires de Chanel en hausse de 13%

Bloomberg relève que cette performance dépasse de loin la moyenne du secteur des grands groupes de luxe, Estée Lauder a vu son bénéfice progresser de 18% sur la même période. Quant à Kering, LVMH et L'Oréal, ils ont souffert d'une baisse de leur résultat net. 

Et les frères Wertheimer, propriétaires de Chanel, en profitent. Leur fortune a progressé de 13% depuis janvier 2014, soit une hausse de 3 milliards de dollars. Avec 11,8 milliards de dollars chacun, ils sont les 6 ème et 7 ème fortunes de France. Ils arrivent juste après Liliane Bettencourt (L'Oréal), Bernard Arnault (LVMH), Patrick Drahi (Altice), Serge Dassault (Dassault) et François Pinault (Kering).

D. L.