BFM Business

Jour J pour le sauvetage financier d'Euro Disney

Euro Disney a vu le nombre de ses visiteurs passer de 16 millions en 2012 à 14 millions en 2014

Euro Disney a vu le nombre de ses visiteurs passer de 16 millions en 2012 à 14 millions en 2014 - Thomas Samson - AFP

Les actionnaires du gérant du parc de loisirs doivent entériner, ce mardi 13 janvier, le plan de recapitalisation de 1 milliard d'euros. De l'argent frais qui doit apporter une bouffée d’oxygène à un groupe lourdement endetté.

C’est une réunion cruciale pour l’avenir du premier parc de loisirs européen. Une assemblée générale des actionnaires d’Euro Disney SAS doit se prononcer ce mardi 13 janvier sur le plan de recapitalisation de l’entreprise, à l’occasion d’une réunion prévue dans l'après-midi.

Ils devront ainsi donner leur aval à ce large plan de soutien piloté par la maison-mère d’Euro Disney, le groupe américain The Walt Disney Company, actuellement actionnaire de la société française à hauteur de 39,8%. Ce plan, annoncé le 6 décembre dernier, prévoit une recapitalisation de 1 milliard d’euros.

Une bouffée d'oxygène

Dans le détail, elle va se traduire par une augmentation de capital de 420 millions d’euros, par la conversion en action de de 600 millions d’euros de dettes détenues par The Walt Disney Company, ainsi que le report à 2024 du remboursement de plusieurs emprunts accordés par la maison-mère américaine à Euro Disney.

Le but de la manoeuvre: redonner une bouffée d’oxygène à Euro Disney, dont le lourd endettement pèse sur l’exploitation. “Disneyland Paris est la première destination touristique en Europe mais la dégradation de l’environnement économique et le poids de la dette ont fortement impacté ses recettes et sa liquidité”, déclarait en octobre Tom Wolber, le président d’Euro Disney SAS, cité dans un communiqué.

Ainsi, le plan de recapitalisation d’un milliard d’euros doit permettre d’abaisser l’endettement d’Euro Disney de 1,75 milliard d’euros à 998 millions. La dette du groupe ne représenterait ainsi plus “que” six fois ses fonds propres, contre 15 fois à l’heure actuellement. L’opération permettra, en outre, de redonner 250 millions d’euros de trésorerie au parc de loisirs.

La poursuite des investissements

Un nouvel élan pour Euro Disney qui aurait ainsi les marges de manœuvres financières pour continuer d’investir et lutter contre la baisse de fréquentation. Le nombre de visiteurs, de 16 millions en 2012, est ainsi passé à 14,9 millions en 2013 puis 14,2 millions en 2014.

Pour tenter de contrer cette tendance, le parc a misé sur des attractions innovantes, comme dernièrement Ratatouille, inaugurée à l’été dernier, qui a constitué un investissement record pour la société française, de 200 millions d’euros. Déjà après la précédente recapitalisation de 250 millions d’euros, en 2005, Euro Disney avait misé en investissant sur de nouvelles attractions telles que Buzz l’Eclair ou encore la Tour de la Terreur.

Julien Marion avec AFP