BFM Business

Gucci connaît une croissance insolente, et voit plus loin

Les ventes de la marque italienne, fleuron du groupe Kering ont atteint 6,2 milliards d'euros en 2017. Gucci se donne désormais pour objectif de faire aussi bien que Hermès et Vuitton.

Gucci fait toujours plus fort. Les ventes mondiales de la marque de luxe, locomotive du groupe Kering, ont atteint 6,2 milliards d'euros en 2017. Des résultats impressionnants. Dans un secteur du luxe déjà en pleine expansion l'année passée, avec une croissance de 6%, l'italienne a fait deux fois mieux!

La filiale du groupe de François-Henri Pinault lui a ainsi rapporté plus d'un tiers de son chiffre d'affaires total l'an dernier. Mais pas question de se reposer sur ses lauriers, Gucci s'est fixé un objectif encore plus ambitieux pour l'année à venir: dépasser les 10 milliards de ventes.

Pour continuer de surperformer son secteur, la marque florentine, plutôt que d'augmenter le nombre de ses magasins (529 gérés en propre) compte optimiser leurs ventes. La griffe au deux G vise un chiffre d'affaires de 45.000 euros au mètre carré, soit 10.000 de plus que le ratio qu'elle atteint actuellement.

Gucci dans la "même catégorie" que Vuitton

Si Gucci atteignait cet objectif, elle rejoindrait au firmament les meilleurs élèves du luxe: Louis Vuitton qui vend, selon les analystes, pour 50.000 euros d'articles au mètre carré, et Hermès, à 70.000 euros sur la même surface. Déjà, le PDG de Gucci, Marco Bizzarri, estime jouer "dans la même catégorie" que Vuitton, que sa maison-mère LVMH présente comme la 1ère marque de luxe au monde.

Gucci prévoit également de tripler ses revenus dans l'e-commerce. Ses ventes en ligne ont plus que doublé entre 2015 et 2017, et elle ambitionne de "tripler" ce chiffre d'affaires dans les années à venir, pour que ce canal représente environ 10% de ses ventes.

Des objectifs audacieux, mais pas forcément téméraires. Depuis 2016, l'arrivée du nouveau PDG et d'Alessandro Michele à la direction artistique, Gucci affiche une croissance hors norme dans le monde du luxe, qui dépasse même les expectatives de ses propres dirigeants.

Karine Vergniol, édité par N.G.