BFM Business

Football: jackpot pour (certains) clubs européens

Le Real Madrid, ainsi que tous les autres participants à la Ligue des champions, verront leurs revenus augmenter l'an prochain.

Le Real Madrid, ainsi que tous les autres participants à la Ligue des champions, verront leurs revenus augmenter l'an prochain. - Dani Pozo - AFP

L’Uefa a indiqué lundi qu’elle allait augmenter considérablement sa dotation aux clubs participant à la Ligue des champions et l’Europa League. Chaque année, plus de 1,5 milliard d’euros leur seront ainsi reversés.

Qu’on se le dise : le football européen ne s’est jamais aussi bien porté. Lundi 23 mars, l’Uefa a en effet annoncé une forte hausse du montant reversé aux clubs qui participeront à la Ligue des champions et à l’Europa League entre 2015 et 2018. Car, a-t-elle indiqué, ses revenus issus des droits TV ont bondi, de 1,34 milliards d’euros aujourd’hui à 2,24 milliards à partir de la saison prochaine. Conséquence: les clubs participant à la Champions League bénéficieront d’une dotation globale de 1,25 milliard d’euros par saison, soit 250 millions de plus qu’actuellement.

L'Europa League toujours loin derrière

Les qualifiés pour l’Europa League, eux, auront droit à une enveloppe de 380 millions d’euros, contre 232,5 millions aujourd’hui. Une augmentation significative pour cette compétition, qui peine à séduire les clubs et les diffuseurs. Ce geste de l’Uefa suffira-t-il pour autant à améliorer son attractivité? Rien n’est moins sûr, puisqu’au final, l’Europa League restera trois fois moins dotée que sa prestigieuse consœur. 

A noter également que 610 millions d’euros par an seront dédiés aux frais de fonctionnement et à la "solidarité", sans qu’il n’en soit précisée la nature.

La Fifa et l'Uefa flambent

Ce geste de l’Uefa intervient quelques jours seulement après une annonce similaire de la Fifa, qui a indiqué que la compensation financière pour les clubs allait tripler en vue des Coupes du monde 2018 et 2022. Une manière de calmer la grogne des différentes ligues européennes, furieuses de voir leurs calendriers chamboulés par la tenue du Mondial qatari à hiver 2022. 

Preuve, s’il en était besoin, que les deux organes dirigeants du football mondial restent assis sur un tas d’or. Une situation qui pourrait faire grincer quelques dents en France, où l’exonération d’impôts de l’Uefa (qui organise l’Euro 2016) a provoqué une vive polémique.