BFM Business

Exclusif: le patron de Radio France désigné en mars

Jean-Luc Hees, Didier Varrod, Frédéric Mitterrand, Patrick Cohen et Philippe Val lors de la conférence de rentrée

Jean-Luc Hees, Didier Varrod, Frédéric Mitterrand, Patrick Cohen et Philippe Val lors de la conférence de rentrée - -

Le successeur de Jean-Luc Hees sera désigné d'ici le 7 mars 2014. La liste des candidats sera rendue publique, mais pas leurs auditions.

Le gendarme de l'audiovisuel a enfin arrêté les modalités de nomination des patrons de l'audiovisuel public, un pouvoir qui lui revient grâce à la récente loi sur l'audiovisuel.

Premier sur la liste: le PDG de Radio France qui doit être nommé avant le 12 mai 2014, date à laquelle expire le mandat de Jean-Luc Hees.

Le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) a décidé de désigner son successeur au plus tard le 7 mars 2014.

Rétro planning

Pour tenir ce planning, la procédure sera lancée dès le mois prochain. Les postulants devront déposer leur candidature, comprenant notamment leur projet, avant le 24 janvier.

Puis le CSA effectuera une short list le 12 février 2014, et enfin mènera des auditions durant le reste du mois de février 2014, à raison d'une heure et quart par candidat.

Seule la liste des candidats short listés sera rendue publique, tandis que les candidats non retenus et les auditions resteront confidentiels. Une régression, car les auditions étaient auparavant publiques...

Stratégie de victimisation

Jusqu'à présent, Jean-Luc Hees a refusé de dire s'il postulera à un nouveau mandat. Mais c'est probable. En effet, il s'est lancé dans une campagne médiatique pour défendre son bilan avec son acolyte Philippe Val (directeur de France Inter), avec interviews et tribunes à l'appui.

Toutefois, leur maintien semble politiquement peu probable: Jean-Luc Hees avait été nommé par Nicolas Sarkozy, Philippe Val a toujours revendiqué sa vieille amitié avec Carla Bruni, et une de leurs premières décisions à Radio France a été de remercier l'humoriste Stéphane Guillon qui déplaisait tant à l'ancienne majorité.

Récemment, le tandem Hees-Val a même semblé tout faire pour se mettre à dos la ministre de la Culture Aurélie Filippetti: ils ont mis à l'antenne un de ses opposants déclarés, Frédéric Mitterrand, et ont même tenté d'en recruter d'autres... "Visiblement, Hees et Val veulent partir en martyrs, en prétendant qu'on les vire pour des raisons politiques", décrypte un expert.

D'Alain Minc à Aurélie Filippetti

A défaut de Jean-Luc Hees, le Figaro avançait récemment d'autres noms: Catherine Sueur (directrice générale déléguée de Radio France), Martin Ajdari (secrétaire général de France Télévisions) et Laurent Joffrin (directeur de la rédaction du Nouvel observateur). Mais le quotidien précisait que tous trois démentaient être candidats.

De son côté, le site Electron Libre a avancé les noms de Fabienne Pascaud (directrice de la rédaction de Télérama), Louis Dreyfus (président du directoire du Monde), Olivier Poivre d'Arvor (directeur de France Culture) et d'Hélène Jouan (directrice des magazines d'information de France Inter).

Reste surtout l'ambitieux Bruno Patino, directeur général délégué aux programmes de France Télévisions, hier proche d'Alain Minc, mais qui connait bien aussi Aurélie Filippetti...

Jamal Henni