BFM Business

Exclu BFM Business: Orange reprend en main sa filiale cinéma

Orange Studio a produit quelques films à succès comme 'The Artist'

Orange Studio a produit quelques films à succès comme 'The Artist' - -

L'opérateur téléphonique licencie la directrice générale Frédérique Dumas. Le budget d'Orange Studio est quasiment divisé par deux pour tomber à 20 millions d'euros.

Mais que se passe-t-il chez Orange Studio, la filiale de l'opérateur spécialisée dans la production de films de cinéma?

D'abord, la directrice générale Frédérique Dumas va partir, comme l'a révélé l'Express. Mais ce départ se fait en mauvais termes. Selon nos informations, Frédérique Dumas serait licenciée. Contactés, l'intéressée comme l'opérateur se refusent à tout commentaire sur ce point.

Réduction drastique

Mais ce n'est pas tout. Le budget du studio est aussi réduit de manière drastique: il doit s'élever à 20 millions d'euros en 2014. C'est presque deux fois moins qu'avant. En effet, les comptes montrent qu'Orange Studio a dépensé entre 37 et 39,5 millions d'euros par an entre 2009 et 2012.

Et encore, cette somme représente l'argent effectivement décaissé sur une année donnée, qui correspond à des engagements pris un ou deux ans plus tôt.

Reste donc à savoir si le studio dispose toujours d'un carnet de chèques pour investir dans de nouveaux films. Interrogée sur ce point, Frédérique Dumas déclarait il y a trois mois au Film français: "les investissements sont gelés de manière temporaire" (depuis, elle refuse de s'exprimer). Et un dirigeant d'Orange cité par l'hebdomadaire spécialisé ajoutait que le sort du studio au-delà de 2014 n'était pas tranché...

Pas d'ouverture du capital

Aujourd'hui, une porte-parole d'Orange assure: "il est inexact de parler de gel des investissements. Il ne s’agit pas davantage de revenir sur des engagements fermes souscrits par Orange Studio. Orange ne compte absolument pas se désengager de la production, et entend poursuivre l’activité d’Orange Studio".

En outre, la porte-parole d'Orange "dément être en pourparlers avec qui que ce soit pour une prise de participation dans le Studio" -une hypothèse qui avait circulé à l'automne.

Mais elle refuse d'indiquer pour l'instant si le studio va (ou non) changer de stratégie. Selon certaines rumeurs, une piste serait de réorienter le studio vers la production de contenus à diffuser sur OCS, la chaîne de cinéma et de séries de l'opérateur.

93 millions de pertes cumulées

Pour la porte-parole, "il est juste demandé à Orange Studio un effort comparable à celui qui est demandé par ailleurs à l’ensemble des entités du groupe".

Elle rappelle qu'Orange Studio était très déficitaire. En effet, la société a cumulé 93 millions de pertes entre 2008 et 2012, indiquent ses comptes. Autrement dit, l'opérateur téléphonique n'a revu que 42% de l'argent investi -un rendement faible pour les télécoms, mais plus qu'honorable pour le cinéma. Toutefois, ce calcul n'intègre pas la valeur du catalogue des films produits.

En pratique, la filiale, après des débuts laborieux étayés d'échecs commerciaux (Coluche l'histoire d'un mec, L'ordre et la morale...), a fini par rencontrer le succès, finançant des films comme The Artist, Welcome, Les beaux gosses, Gainsbourg vie héroïque...

Des objectifs très politiques

Le sort du studio était en question depuis début 2011, lorsque Stéphane Richard a pris la tête d'Orange en critiquant les investissements dans les contenus initiés par son prédécesseur Didier Lombard. Mais le studio avait survécu jusqu'à présent. Il y a un an, Stéphane Richard assurait même: "nous avons décidé de confirmer et maintenir ce dispositif. Le budget baissera peut être un peu, mais restera significatif". Il avait juste décidé de changer son nom de Studio 37 en Orange Studio.

Cette activité avait été lancée en 2007 avec deux objectifs. D'abord, montrer que les télécoms ne faisaient pas que piller les contenus, mais les finançaient aussi. Ensuite, l'opérateur avait vite constaté que Canal Plus bénéficiait d'un soutien sans faille au sein de tout le 7ème Art, dont la chaîne cryptée est le principal financeur. L'idée était donc d'ouvrir un guichet de financement alternatif à celui de Canal, afin de réduire son emprise.

Sur ce point, la porte-parole d'Orange assure que l'opérateur "continuera à soutenir le cinéma, comme l’illustre l’engagement pris en décembre par les chaînes OCS, d’investir 179 millions d'euros sur 5 ans dans les films français et européens".

Jamal Henni