BFM Business

Droits TV du foot: Canal+ saisit la Justice et le gendarme de la concurrence

Bertrand Meheut évoque "le respect des partenaires".

Bertrand Meheut évoque "le respect des partenaires". - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La chaîne cryptée a déposé, ce mardi 18 mars, une demande de référé devant le Tribunal de Grande Instance de Paris et a saisi l'Autorité de la concurrence pour contester l'appel d'offres anticipé de la Ligue de Football professionnel.

Le timing n'est pas du goût de Canal+. Le 6 mars dernier, la Ligue de Football professionnelle (LFP), a choisi de lancer l'appel d'offres portant sur les droits TV pour la période 2016-2020, prenant tout le monde de court. Les enchères ne devaient, en effet, pas débuter avant 2015.

La manœuvre ne plaît absolument pas à Canal+, qui a déposé une demande de référé, ce mardi 18 mars, devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour faire suspendre l'appel d'offres.

Le président de la chaîne, Bertrand Meheut, avait déjà annoncé, dans Le Figaro de ce mardi, que son groupe allait saisir l'Autorité de la concurrence.

"Nous devrions pouvoir exploiter tranquillement les droits en cours, sachant que nous les avons acquis chèrement, 430 millions d'euros par an (…). Notre soutien n'est pas remis en cause. La seule question qui se pose aujourd'hui, c'est le respect des partenaires", explique-t-il.

"Profiter sereinement" des droits déjà acquis

"La Ligue de football nous a vendu des droits pour quatre ans, jusqu'en juin 2016. Nous souhaitons pouvoir en profiter sereinement. Je ne comprends pas cette précipitation", a-t-il ajouté.

Canal+ craint que cet appel d'offre anticipé ne perturbe sa clientèle. En clair, les clients hésiteraient à s'abonner à la chaîne cryptée s'ils se rendent compte que celle-ci ne proposera pas à moyen terme les matchs du championnat de France.

Parallèlement à cette contestation devant l'Autorité de la concurrence, Canal+ envisage d'autres procédures, qui pourraient être engagées dans les prochains jours, affirme Le Figaro.

J.M.