BFM Business

Coupe du monde au Qatar: haro sur la Fifa

Sepp Blatter se trouve au coeur des critiques, alors que le dirigeant brigue un cinquième mandat à la tête de la Fifa.

Sepp Blatter se trouve au coeur des critiques, alors que le dirigeant brigue un cinquième mandat à la tête de la Fifa. - Fadel Senna - AFP

L'organe dirigeant du football mondial est de nouveau soupçonné de corruption, cette fois par le Conseil de l'Europe. Le tout alors que les sponsors se retirent les uns après les autres.

La pression monte encore d'un cran sur la Fifa. Ce mardi 27 janvier, le Conseil de l'Europe appelle à un nouveau vote pour désigner le pays organisateur la Coupe du Monde 2022, alors que celle-ci doit se dérouler au Qatar. Dans un rapport, l'organisation inter-gouvernementale (chargée de la protection des droits de l'homme) parle d'une procédure "profondément entachée d'illégalité".

Son rapporteur, lui, ne mâche pas ses mots et qualifie l’attribution de l’évènement au Qatar de "farce"... Il affirme avoir consulté des documents qui prouvent des versements d'argent en provenance de l’émirat, pour acheter le vote de certaines fédérations. Et il accuse l'instance dirigeante du football mondial d'avoir étouffé l'affaire.

Les sponsors quittent le navire

Selon lui, une seule solution: annuler la procédure, et tout recommencer. Cette résolution, si elle est adoptée par les 47 Etats membres du Conseil de l'Europe, n'aurait aucune valeur contraignante. Mais elle constituerait une pression politique supplémentaire. Le tout alors que l'étau se resserre autour de la Fifa. Une coalition "pour une nouvelle Fifa" réclame de son côté plus de transparence.

Et les sponsors commencent à s'éloigner: cinq d’entre eux ont en effet lâché l’organisation depuis trois mois (Emirates, Sony, Continental, Johnson & Johnson et Castrol). La sérénité de Sepp Blatter va-t-elle flancher? Le mois dernier, le président de la Fédération internationale de football affirmait qu'il "faudrait vraiment un séisme" pour retirer l'organisation du Mondial au Qatar. Problème: les secousses se font de plus en plus fortes.

Dorothée balsan