BFM Business

Comment Labeyrie résiste à la crise du foie gras

Les ventes de foie gras ont baissé de 11% cette année.

Les ventes de foie gras ont baissé de 11% cette année. - -

L'année 2013 devrait être bonne pour Labeyrie, selon son président du directoire, Xavier Govare, qui était ce mardi 24 décembre sur BFM Business. Alors que l'industrie du foie gras souffre depuis quelques années, le numéro un du secteur a su se diversifier.

Boycotts internationaux et locaux, baisse du pouvoir d'achat… Les ventes de foie gras sont en chute libre en France et à l'exportation. Pourtant, le leader du marché, Labeyrie, tient le choc. Selon le président du directoire, Xavier Govare, invité ce 24 décembre 2013 sur BFM Business, la marque doit sa santé à sa diversité et à son abandon de l'image du terroir.

En 2013, sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes de foie gras ont chuté de 11,2% en volume par rapport à la même période l'année dernière, selon une étude FranceAgriMer. Et la baisse des ventes est continue depuis 2011.

Trois quarts des ventes sur les deux derniers mois de l'année

En cause, la baisse du pouvoir d'achat, mais également les boycotts organisés par des organisations de défense des droits des animaux. Une vidéo de l'association L214, montrant des canards maltraités dans de grands restaurants parisiens, avait poussé le chef Joël Robuchon à changer de fournisseur de foie gras fin novembre.

Mais la tendance peut encore s'inverser, puisque 3/4 des ventes se font sur les deux derniers mois de l'année. Labeyrie compte vendre 7,5 millions de tranches de foie gras pendant les fêtes.

"Les gens baissent leurs budgets, mais ce sont les restaurants qui en souffrent", analyse Xavier Govare. Selon lui, sa marque profite d'une "accessibilité forte pour le consommateur", c'est-à-dire des prix abordables.

Un marketing passé du terroir au plaisir

Autre atout: des produits qui ne reposent pas uniquement sur la tradition. "Nous ne nous axons plus sur le terroir pour le foie gras, et les pays du Nord pour le saumon", explique-t-il.

Les produits proviennent bien du Sud-Ouest pour les canards et des pays nordiques pour les saumons, précise-t-il, mais la marque cultive son image "plaisir". "Avec notre offre variée, la marque Blinis, il y a des produits Labeyrie sur toutes les tables", se félicite-t-il.

La méthode marche. Le chiffre d'affaires de Labeyrie s'élève à plus de 100 millions d'euros, et le directeur dit viser le milliard, principalement grâce à l'exportation.

J. S.