BFM Business

Comment Kering veut gagner plus d'argent dans les lunettes de luxe

La seule marque Gucci représente 90% des royalties touchées par Kering sur les lunettes.

La seule marque Gucci représente 90% des royalties touchées par Kering sur les lunettes. - PIERRE VERDY - AFP

Le géant français, propriétaire notamment de Gucci et Saint Laurent, a mis un terme au contrat de licence qui le liait à Safilo. Un moyen de mieux capter les revenus de ce lucratif segment.

Kering reprend en main son activité lunettes. Le groupe de luxe met fin à son contrat de licence avec Safilo, une société italienne spécialisée dans la fabrication et la production de lunettes de luxe. L'Ex-PPR vient de créer une nouvelle filiale pour mieux contrôler la chaîne de production.

Le groupe de François-Henri Pinault croit plus que jamais au marché mondial des lunettes de luxe. L'activité est en croissance à deux chiffres dans le segment haut de gamme. Car s'acheter des montures ou des solaires au logo Gucci, la marque phare du groupe, reste encore assez accessible. Comptez 150 euros pour les premiers prix, quand un sac en cuir de la griffe ne vaut pas moins de 700 euros.

350 millions de chiffre d'affaires, 50 millions de royalties

Kering évalue à 350 millions d'euros le chiffre d'affaires généré par ses onze marques, dont Saint Laurent, Balenciaga, ou Alexander McQueen. Neuf sont sous licence. La maison-mère ne récupère "que" 50 millions d'euros de royalties.

Or le business devient de plus en plus juteux. Luxottica, l'Italien leader mondial du secteur, publie chaque année des résultats record. Le propriétaire de Ray-Ban, Persol, Oakley, qui produit aussi ces accessoires pour Chanel, Prada et consorts, a enregistré en 2013 un chiffre d'affaires de 7,3 milliards d'euros, en hausse de 3%, et son bénéfice net a atteint 545 millions d'euros, en hausse de 2%.

Mieux mettre en valeur les marques hors Gucci

Kering a donc décidé de maximiser le potentiel de croissance de cette activité en reprenant le contrôle en interne. La fabrication reste sous-traitée, à Safilo, Luxottica ou leurs concurrents. Mais dès 2016, le groupe s'occupera du design et de la distribution via une nouvelle entité dédiée: Kering Eyewear. Une telle organisation n'a jamais été vue dans l'industrie du luxe. Ce projet permettra des synergies de revenus et de distribution, et de "significatives opportunités de création de valeur", indique Kering.

L'objectif consiste à mieux mettre en valeur les marques du groupe, et pas seulement Gucci, qui lui rapporte aujourd'hui 90% de ses redevances. Une opération qui illustre aussi la stratégie de transformation de Kering en groupe intégré, c'est-à-dire qui gère de bout en bout sa chaîne de production. 

Hélène Cornet avec N.G.