BFM Business

Cette start-up a mis ses "ingénieurs du mouvement" au cœur de Valerian

L’équipe de MocapLab a coopéré avec la société néozélandaise Weta Digital sur la capture de mouvement du long-métrage de Luc Besson.

L’équipe de MocapLab a coopéré avec la société néozélandaise Weta Digital sur la capture de mouvement du long-métrage de Luc Besson. - EuropaCorp-Valerian

MocapLab, petite société francilienne, a participé au dernier film de Luc Besson. Elle enregistre en numérique les mouvements réels d'acteurs pour animer des personnages virtuels à l'écran. Ses "ingénieurs du mouvement" ont aussi travaillé sur des jeux vidéo.

Qu'ont en commun la publicité télé de la Maif avec ses personnages stylisés en bâtonnet ou le tout nouveau Valerian de Luc Besson ? Ces deux films doivent une partie de leurs effets spéciaux à MocapLab, petite société francilienne d'une dizaine de salariés. 

En dix ans d'existence, elle est devenue l'un des spécialistes reconnus internationalement de la "capture du mouvement" (motion capture). Cette technique est utilisée par de grosses productions cinématographiques comme les derniers opus de la Planète des singes. Grâce à elle le réalisateur anime à l'écran des créatures réalistes après qu'ont été filmés des acteurs dont on capture en studio, par traitement informatique, les mouvements réels.

-
- © La société s'est équipée d'un plateau technique et de 30 caméras de capture de mouvement. MocapLab

"Il existe des ingénieurs du son. Nous, nous sommes des ingénieurs du mouvement" explique Rémi Brun, lui-même ingénieur de formation et fondateur de MocapLab en 2007. La technique employée suppose d'utiliser des marqueurs disposés sur la combinaison qui enveloppe tout le corps de l'acteur filmé avec des caméras spéciales. La "capture" vidéo des marqueurs sert ensuite à reconstituer un modèle le plus réaliste possible du personnage ou de la créature virtuelle qui se meut à l'écran pour les besoins du film.

"Notre travail est de fusionner subtilement les complexités techniques avec l’émotion contenue dans le geste, les pauses, les hésitations et la respiration des acteurs" explique le chef d'entreprise. Sa société a été retenue pour coopérer avec la société néozélandaise Weta Digital, un des géants de la capture de mouvements, pendant le tournage du film de Luc Besson, Valerian et la cité des mille planètes, superproduction qui sort en France le 26 juillet 2017.

Si dans le cadre de cette coopération, MocapLab est plus intervenue comme un sous-traitant, elle s'est dotée de ses propres studios de tournage à Aubervilliers en banlieue parisienne pour proposer une palette de services.

-
- © Les acteurs en mouvement sont habillés d'une combinaison bardée de marqueurs blancs filmés par les caméras en studio. MocapLab

"Depuis deux ans nous avons un plateau technique équipé de 30 caméras très coûteuses d'origine britannique qui capturent les mouvements avec une extrême précision" soutient Rémi Brun. Les images sont ensuite retraitées par de puissants ordinateurs.

Les compétences de MocapLab intéressent aussi beaucoup l'industrie du jeu vidéo. Elle a été choisie par Ubisoft pour réaliser la capture de mouvement des personnages virtuels du jeu vidéo Steep, sorti en décembre 2016.

Ce jeu de sports de glisse extrême en montagne fut tourné dans un hangar où la société a filmé les exploits de spécialistes de ces sports, en action... sur un trampoline. "Il nous fallait pratiquement 10 mètres de hauteur au plafond. Nous avons dû nous déplacer dans une salle spéciale à Annecy où nous avons retrouvé les équipes d'Ubisoft" se souvient Rémi Brun. 

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco