BFM Business

Ce que la Coupe du monde de Rugby peut rapporter au Royaume-Uni

La Coupe du Monde 2015 devrait contribuer au PIB britannique à hauteur de 982 millions de livres.

La Coupe du Monde 2015 devrait contribuer au PIB britannique à hauteur de 982 millions de livres. - Adrian Dennis - AFP

L'édition 2015 du plus grand rendez-vous de l'ovalie devrait générer près de 3 milliards d'euros de dépenses, selon les estimations du cabinet Ernst and Young. Et ajouter plus d'un milliard d'euros au PIB britannique.

Ceux qui croient que la Coupe du monde de rugby n'est qu'un événement purement sportif se méprennent. En effet, cette compétition comporte son lot d'enjeux économiques dont l'importance n'est pas anodine.

Dans une étude, le cabinet de conseil Ernst and Young (E&Y) a évalué l'impact de cette édition 2015, qui arbore ce week-end sa deuxième semaine de compétition. Voici les principaux à chiffres à retenir de l'étude.

> 2,2 milliards de livres (environ 3 milliards d'euros)

C'est l'impact économique total qu'est censé générer l'ensemble de la compétition. Il s'agit en fait d'une fourchette haute, E&Y tablant sur des retombées allant de 1,7 milliard à 2,2 milliards de livres. Ce montant comprend en fait la totalité des sommes dépensées dans le cadre de la Coupe du monde 2015 (investissements, dépenses de tickets, boissons, etc…).

> 982 millions de livres (environ 1,3 milliard d'euros)

Ce chiffre représente plus précisément l'impact de la compétition pour le PIB britannique. Ernst and Young l'estime en calculant la valeur ajoutée brut générée par les biens et services produits dans le cadre de cette Coupe du monde. Là encore il s'agit en fait du haut de la fourchette, le bas étant de 778 millions de livres. Rapporté au PIB britannique (environ 1.700 milliards de livres), la Coupe du monde aurait un impact représentant entre 0,04% et 0,06% du PIB.

> 85 millions de livres (environ 114 millions d'euros)

C'est l'ensemble des investissements déboursés par les autorités britanniques pour moderniser leurs stades mais aussi les transports locaux (tram, train, route, etc…).

> 32 millions de livres (environ 43 millions d'euros)

Ce montant correspond à la totalité des dépenses alimentaires (boissons et nourritures) prévues dans le cadre de l'opération. Les dépense d'hôtelleries sont, elles, attendues à 13 millions de livres.

> 250 millions de livres (environ 337 millions d'euros)

Un chiffre qui représente l'ensemble des recettes de billetteries attendues et estimées par le cabinet Ernst and Young.

> 2,22 millions

Soit le nombre de spectateurs que la Coupe du monde est censée attirer, selon l'étude du cabinet. Sur ce nombre, un peu moins du quart (466.000) seront étrangers, c'est-à-dire non britanniques. 41% d'entre eux viendront d'Europe, et 19% d'Australie et de Nouvelle-Zélande, deux pays de fortes traditions rugbystiques.

> 869 millions de livres (environ 1,2 milliard de livres) 

Ce sont les dépenses totales que sont censées générer les quelque 466.000 visiteurs étrangers cités plus haut. Pour arriver à ce chiffre, E&Y a estimé que chaque visiteur européen se rendant au Royaume-Uni va dépenser 121 livre en moyenne. Un chiffre qui est toutefois beaucoup plus élevé (173 livres) pour ceux originaires d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

> 7.000 

Soit le nombre d'emplois créés directement et indirectement par l'ensemble de la compétition. A noter que la compétition à proprement parler n'emploie que 300 personnes à plein temps.

> 1,2 milliard de livres (environ 1,6 milliard d'euros) 

C'est l'impact économique pour Londres qui est évidemment la ville qui bénéficie le plus de l'événement et de loin. Cardiff arrive deuxième avec 316 millions de livres, Newcastle est troisième avec 93 millions.

-
- © -
J.M.