BFM Business

Canal Plus renonce à vendre sa filiale polonaise

Les droits du foot polonais, actuellement détenus par NC+, sont remis en jeu cet été

Les droits du foot polonais, actuellement détenus par NC+, sont remis en jeu cet été - NC+

L'an dernier, Canal Plus a étudié la vente de son bouquet satellite polonais, et discuté notamment avec Orange. Mais le projet n'a pas abouti et est abandonné pour l'instant.

Canal Plus est présent en Pologne depuis 1995 avec un bouquet de télévision payante par satellite, baptisé initialement Cyfra+, puis rebaptisé NC+. C'est aujourd'hui la plus grosse filiale à l'étranger de la chaîne cryptée, valorisée un milliard d'euros par la presse polonaise.

Mais la filiale de Vivendi se demande si elle doit s'en séparer ou non. L'an dernier, elle a étudié un projet de cession. Plusieurs acquéreurs potentiels ont regardé le dossier, notamment le français Orange, qui détient le premier opérateur télécoms polonais. Mais finalement ce projet n'a pas abouti, sans qu'on sache pourquoi. Peut-être les offres reçues étaient-elles trop faibles? En tous cas, aujourd'hui, ce projet est officiellement abandonné.

Et de toutes façons, NC+ serait très difficile à vendre actuellement. En effet, on attend de savoir si le bouquet va conserver ou non les droits du foot polonais, l'Ekstraklasa, qui sont remis en jeu cet été. En attendant, valoriser NC+ est évidemment très difficile...

Valse hésitation

La filiale de Vivendi a déjà donné plusieurs signes d'un désengagement de Pologne. En 2015, elle avait vendu pour 273 millions d'euros ses 25% dans la chaîne de télévision gratuite polonaise TVN à l'américain Scripps (racheté depuis par un autre américain, Discovery). Puis, à l'automne 2016, alors qu'elle disposait d'une option pour monter de 51% à 83% du capital de NC+ , elle avait renoncé à l'exercer.

Cette valse hésitation s'explique par les résultats mitigés de NC+. Son chiffre d'affaires et son nombre d'abonnés n'ont cessé de décliner, avant de finalement se reprendre en 2017 (cf. chiffres ci-dessous). L'an dernier, le bouquet a perdu les droits de diffusion de la ligue des champions au profit de son rival Polsat.

Marché très concurrentiel

Autre problème: les autres actionnaires de NC+ ont peut être envie de vendre. Il s'agit des américains Liberty Global (17%) et de Discovery (32%), tous deux contrôlés par le magnat américain John Malone. Certes, ils sont minoritaires, mais Discovery a le droit de vendre ses 32% en les mettant en bourse, indiquent les comptes de Vivendi.

Dernier problème: le marché polonais est très concurrentiel, avec une multitude de câblo-opérateurs, trois opérateurs satellite, quatre opérateurs télécoms, et pléthore de chaînes gratuites. Face à cela, NC+ souffre donc d'un taux de désabonnement important (14%), mais essaie de le réduire via une offre sur le web (over-the-top) lancée en 2017, ainsi que des partenariats avec Orange dans la fibre optique, et avec l'opérateur mobile Play.

Interrogés, Orange n'a pas répondu, tandis que le porte-parole de Canal Plus expliquait: "ce projet de cession est arrivé sur la table suite au rachat de Scripps par Discovery l'an passé. Mais aujourd'hui, cette cession n'est pas d'actualité, le sujet est complètement clos".

Les résultats de NC+

Chiffre d’affaires (en millions d’euros)
2013: 530
2014: 515
2015: 500
2016: 492
2017: 505

Résultat opérationnel ajusté (Ebita, en millions d'euros)
2013: +9
2014: +27
2015: +30
2016: +34
2017: +37

Abonnés individuels (en millions)
2012: 2,467
2013: 2,197
2014: 2,146
2015: 2,119
2016: 2,119
2017: 2,171

Revenu moyen (en euros par mois et par abonné)
2013: 15;6
2014: 15,6
2015: 16,7
2016: 16,5
2017: 16,1

Source: Vivendi, BFM Business

Jamal Henni