BFM Business

Canal Plus, Havas, Orange: Vivendi dévoile ses ambitions

Le groupe français mise sur la refonte de ses offres commerciales pour doubler la base d'abonnés de la chaîne. Et juge "pertinent" un rapprochement avec le publicitaire Havas.

Vincent Bolloré, président du conseil de surveillance de Vivendi, a déclaré ce mardi qu'il tablait sur une amélioration des résultats de Canal Plus en France à partir du troisième trimestre.

"Notre pari sur 2017, c'est que les résultats remontent à partir du 3ème trimestre" a-t-il dit lors de l'assemblée générale du groupe.

Canal Plus France, qui perdait des abonnés depuis 2012, a refondu ses offres premium et comptait 2,9 millions de clients, à travers ses partenariats avec les opérateurs télécoms à la fin 2016.

Le plan d'économies de Canal Plus sera réalisé

La chaîne compte désormais doubler sa base d'abonnés en France, a déclaré le directeur de la distribution Frank Cadoret. L'impact de la refonte des offres commerciales de Canal Plus en France se verra en septembre-octobre, a-t-il assuré.

Par ailleurs, la chaîne cryptée devrait dépasser son objectif de dégager 300 millions d'euros d'économies d'ici 2018, a précisé son directeur général Maxime Saada. 

Un rapprochement avec Havas envisagé

Les dirigeants du groupe ont également évoqué un rapprochement avec le publicitaire Havas, jugé "pertinent" par le président du directoire Arnaud de Puyfontaine.

Seulement des discussions commerciales avec Orange

En revanche, Vincent Bolloré a indiqué que Vivendi ne discutait que de partenariats commerciaux avec Orange, alors qu'une entrée au capital de l'opérateur avait été évoquée par la presse. 

Bolloré reconduit comme administrateur

À l'issue de l'assemblée générale, Vincent Bolloré a en outre été reconduit comme administrateur de Vivendi, à 82%. La totalité des résolutions soumises à l'assemblée générale ont par ailleurs été approuvées. 

L'UE valide la prise de contrôle de Vivendi par Bolloré

La Commission européenne, gardienne de la concurrence dans l'UE, a annoncé mardi avoir approuvé la prise de contrôle de Vivendi par le groupe français Bolloré.

L'exécutif européen "a conclu que l'opération envisagée ne soulèverait pas de problème de concurrence, compte tenu des faibles parts de marché des entreprises et de la présence de concurrents importants sur les marchés concernés", selon un communiqué.

Y.D. avec agences