BFM Business

Bataille en vue pour les droits TV de Roland-Garros

France Télévisions pourrait abandonner les droits TV de Rolan Garros, en septembre prochain.

France Télévisions pourrait abandonner les droits TV de Rolan Garros, en septembre prochain. - -

Le tournoi de Roland-Garros, qui débute dimanche 26 mai, est vital pour la santé financière de la Fédération française de tennis. Cette dernière compte beaucoup sur la revalorisation des droits TV pour mener à bien ses différents projets.

Le tournoi de tennis de Roland-Garros démarre ce dimanche 26 mai. La Fédération Française de tennis joue gros. Un tiers de son chiffre d'affaires repose en effet sur la réussite de la quinzaine.

La FFT est sous pression. Le projet d'extension du site a pris du retard. Et cela coute cher. Elle mise donc beaucoup sur l'augmentation des droits TV cette année pour remplir les caises.

Actuellement, France Télévisions verse 15.5 millions d'euros par an pour retransmettre le tournoi de Roland-Garros. Bien trop peu, selon la Fédération Française de Tennis.

Roland Garros bientôt sur une chaîne payante?

La FFT mise donc beaucoup sur son prochain appel d'offres en septembre pour revaloriser les droits TV, le contrat avec France Televisions expirant le 9 juin.

La chaine publique, à la diète, pourrait jeter l'éponge. Du coup, de nouvelles chaines pourraient rafler la mise. M6 est en embuscade. Nicolas de Tavernost, le patron du groupe, a clairement affiché sa volonté de se porter candidat, mais il ne veut pas payer plus cher que France Televisions. Le tournoi serait alors diffusé gratuitement sur M6 et W9.

Mais La chaine qatarie BeinSport regarderait aussi attentivement le dossier. Ce qui pourrait décider Canal + à se lancer dans la course. Les spectateurs devraient alors payer pour voir le tournoi.

Au total, la FFT espère obtenir 64 millions d'euros de droits TV mondiaux avec ce nouvel appel d'offre. Bien moins que la concurrence: pour la seule diffusion aux Etats-Unis, L'US Open facture 58 millions d'euros annuels.

>> A LIRE AUSSI - Roland-Garros a-t-il les moyens de ses ambitions?

Alexis Pluyette