BFM Business

AirBnB: pourquoi louer un appartement à Barcelone va vous coûter plus cher 

Le gouvernement de Catalogne va instaurer des taxes pour limiter la prolifération de logements touristiques dans la région

Le gouvernement de Catalogne va instaurer des taxes pour limiter la prolifération de logements touristiques dans la région - Jarmoluk - Pixabay

En Catalogne, les particuliers qui louent des chambres à travers des sites comme Airbnb ne pourront le faire que pour un temps et un nombre de chambres limités. Et en plus ils devront s'acquitter d'une taxe.

La Catalogne part en guerre contre AirBnB. Alors que de nombreuses villes veulent limiter la prolifération de ce type d’hébergement chez les particuliers, le gouvernement régional vient d’annoncer des mesures afin "d'ordonner et de réglementer l'offre d'hébergement touristique" dans cette région du Nord-Est de l'Espagne, l'une des plus touristiques du troisième pays le plus visité au monde.

Ainsi, d’ici quelques semaines, les propriétaires devront verser une taxe de 65 centimes par nuit pour les logements situés à Barcelone, ville qui accueille quelque 27 millions de touristes par an. Et de 45 centimes pour ceux situés dans le reste de la Catalogne. Des taxes qui seront certainement répercutées sur le prix de la location.

Mais le gouvernement ne compte pas s’arrêter là. La location devra être limitée à deux chambres au maximum par habitation et à quatre mois par an. Le propriétaire devra également informer les autorités locales de l'usage touristique de son logement et il devra y passer la nuit durant le séjour des locataires. Et ce afin d’éviter une professionnalisation de cette activité.

Deux fois plus de chambres sur AirBnB que dans les hôtels

De plus en plus de propriétaires de logements en ont fait leur activité professionnelle principale. Ainsi selon une étude réalisée par l'organisation professionnelle des hôteliers espagnols, l'offre pour les locations touristiques entre particuliers a dépassé en 2014 celle des hôtels et des autres types d'hébergements traditionnels. La seule ville de Barcelone concentre par exemple à elle seule plus de 137.000 lits sur les plateformes collaboratives, soit presque le double de l'offre conventionnelle !

Récemment la nouvelle maire de la ville, Ada Colau, ex-militante anti-expulsions, a annoncé le gel pour un an de l'attribution de nouvelles licences hôtelières afin d'éviter la saturation touristique dans les quartiers les plus fréquentés, qui génère un mécontentement croissant chez les habitants.

Frédéric Bianchi