BFM Business

À la rentrée, Canal+ ne sera en clair que 2 heures par jour

La journaliste de Canal+, Marie Portolano lors de l'émission "Canal Football Club" le 27 mars 2016.

La journaliste de Canal+, Marie Portolano lors de l'émission "Canal Football Club" le 27 mars 2016. - AFP Franck Fife

Le directeur général des antennes estime que cette "vitrine" n'est plus indispensable à la chaîne cryptée.

Moins de clair, tel était la stratégie défendue par Vincent Bolloré le 8 octobre dernier. Début juin, le président des conseils de surveillance de Vivendi et Canal+ réaffirmait dans une interview au Monde que cette plage représenterait bientôt "une à deux heures par jour maximum". Cette fois l'annonce est officielle: à partir de la rentrée, Canal+ diffusera seulement deux heures de programmes en clair chaque jour, contre cinq heures en moyenne actuellement, a fait savoir le directeur général des antennes, Gérald-Brice Viret.

"Cette vitrine était indispensable au lancement de la chaîne, ça ne l'est plus aujourd'hui", a-t-il estimé lors de la conférence de presse de présentation de la grille de rentrée. "Nous avons décidé de remettre de la valeur dans l'abonnement", a-t-il poursuivi. La réduction des programmes en clair va permettre de proposer 150 heures de programmes en plus par mois pour les abonnés.

Miser sur le cinéma et l'e-sport

"On va beaucoup crypter Canal et donner beaucoup de place au cinéma et au e-sport", a ajouté le directeur général du groupe, Maxime Saada. "Le clair de Canal, ce sont nos trois chaînes gratuites, regardées par 50 millions de Français chaque mois", estime Gérald-Brice Viret.

Il a promis pour D8, "la grande chaîne de l'optimisme" qui sera rebaptisée Canal 8, de nouveaux investissements en termes de programme. Sur la chaîne musicale D17, qui sera renommée Canal Star, il y aura une fiction quotidienne et un talk show de deuxième partie de soirée.

Grève à iTélé

Quant à iTélé, rebaptisée CNews, la priorité sera donnée "au décryptage plutôt qu'au sensationnalisme", et elle s'appuiera sur le sport et la culture. En parallèle de ces annonces en conférence de presse, une grève a été votée ce lundi à iTélé par une partie de la rédaction (environ 50 journalistes sur 220). Elle est immédiate et reconductible et perturbe actuellement l'antenne. Ces salariés protestent contre "un plan social déguisé", selon un communiqué du syndicat maison PlusLibres. L'organisation dénonce "la suppression de 70 postes, dont plus de 50 CDDU (contrat à durée déterminée d'usage) établis en toute illégalité".

A.R. avec AFP