BFM Business

Reprise dynamique pour le secteur du bâtiment, qui reste prudent

Reprise plus forte que prévu pour le secteur du bâtiment.

Reprise plus forte que prévu pour le secteur du bâtiment. - Philippe Huguen - AFP

Porté par la vigueur des ventes de logements neufs, le secteur du bâtiment a vu son activité progresser de 4% au premier trimestre 2017, selon des chiffres de la FFB publiés ce matin. Mais la fédération préfère ne pas crier victoire trop vite, évoquant des incertitudes.

Après les professionnels de l'immobilier, c'est au tour de la Fédération du bâtiment (FFB) de faire le bilan des premiers mois de l'année. Le secteur a publié ce mardi matin des chiffres nettement meilleurs que prévu, affichant sur le seul premier trimestre 2017 une croissance de 4% sur un an, supérieure à l'objectif de 3,5% qu'il s'était fixé... pour l'ensemble de l'année. Une reprise plus dynamique qu'anticipé, portée par le logement neuf qui a continué à bénéficier des aides publiques (prêt à taux zéro et dispositif fiscal Pinel), mais également par des taux d'intérêt qui restent très attractifs malgré la légère remontée observée ces dernières semaines.

De son côté, l'activité de travaux d'amélioration-entretien, restée longtemps à la traîne, s'affiche en hausse de 1% en glissement annuel sur le premier trimestre 2017. Autre bonne nouvelle: les chiffres de l'emploi, eux aussi meilleurs qu'attendu. La FFB, qui tablait sur des embauches en hausse de 10.000 postes, y compris intérim, constate au vu des données du ministère du Travail que le premier trimestre 2017 se solde sur une vive progression de 16.300 emplois par rapport à la même période il y a un an.

Alerte sur les prix du neuf

La fédération se veut néanmoins prudente. Elle lance tout d'abord une première alerte sur les prix des logements neufs qui, comme dans l'ancien, ont tendance à progresser très vite. Trop vite peut-être, à l'heure où les taux d'intérêt -même stables- ne risquent plus vraiment de baisser. "Cette hausse des prix commence à peser sur la solvabilité des acteurs", explique dans un communiqué la FFB, qui évoque un tassement des ventes de logements neufs et une décélération de la production de crédit.

Le secteur craint également les complexités administratives, avec en ligne de mire pour les professionnels du bâtiment le compte pénibilité. Le gouvernement a décidé de geler l'application des nouveaux critères et se laisse jusqu'à la fin de l'année pour trouver une solution alternative plus simple. Une nouvelle rassurante, dit la fédération, pas complètement soulagée non plus en attendant de voir la solution qui sera finalement privilégiée.

Marie Coeurderoy édité par J.Mo.