BFM Business

Les vieilles ficelles du Medef pour le logement

Selon le Medef, la construction de 500.000 logements génèrerait 1 point de croissance.

Selon le Medef, la construction de 500.000 logements génèrerait 1 point de croissance. - Philippe Wojazer - Reuters

Le Medef dévoilait ce 9 mars ses pistes pour relancer le secteur de la construction en France. Au menu: réforme de la fiscalité et moratoire sur les normes. Mais aussi des recettes moins éculées.

Le Medef vient de dévoiler son livre blanc sur le Logement. Soixante pages pour tenter de remettre la pression sur le gouvernement et faire évoluer la politique en matière de logement. Toutes les solutions tournent autour de l'investissement, des coûts de construction ou encore de l'idée de libérer des terrains.

Le Medef a tenté de démontrer, chiffres à l'appui, à quel point il y avait urgence à relancer la construction. Un exemple: si le gouvernement atteignait son objectif de construire 500.000 logements supplémentaires par an, cela génèrerait au minimum 1% de croissance supplémentaire.

Dans ce contexte, l'organisation patronale remet sur la table des solutions éculées, réclamées depuis longtemps par le secteur. Ses recettes pour relancer le secteur de la construction:

> Il faut libérer des terrains en changeant les règles fiscales existantes, estime le mouvement. Aujourd'hui, elles poussent les propriétaires à conserver leur terrain le plus longtemps possible, pour être exonérés de taxation sur les plus-values.

> Il faut favoriser l'investissement. Il existe trop de niches fiscales, pas assez lisibles et parfois pas assez performantes. Alors selon l'organisation, il faut mettre en place une vraie politique économique du logement, avec des règles qui ne changent pas en permanence.

> Il faut enfin instaurer un moratoire sur les normes de construction afin de "stopper la machine à produire toujours plus de réglementation". Car plus de normes mènent à plus de coûts, et donc à des logements plus chers.

Une autre piste majeure existe, selon Jacques Chanut, le président de la commission logement du Medef, et de la Fédération française du bâtiment (FFB). Elle consiste à ne plus laisser au seul maire le pouvoir d'octroyer ou non les permis de construire.

"Le logement est un des enjeux d'une campagne politique. Certains maires appellent à voter pour eux en échange de leur immobilisme en matière de logement", avance le président de la FFB au micro de Stéphane Soumier ce 9 mars. Pour lui, "il faut raisonner au niveau de l'agglomération, de l'intercommunalité. On ne peut pas rester sur ce droit divin, et faire dépendre toute la politique de logement d'un pays de la seule volonté d'un maire". 

Caroline Morisseau et BFMBusiness.com