BFM Business

L’immobilier de luxe connaît aussi la crise

Les transactions ont chuté dans l'immobilier de prestige

Les transactions ont chuté dans l'immobilier de prestige - -

Les transactions ont chuté en 2012. Pour les biens compris entre deux et cinq millions d’euros, elles ont baissé de 42%.

Sept millions d’euros. Une "petite" villa de 400 mètres carrés, dans les hauteurs de Villefranche-sur-mer avec vue sur la riviera, vient tout juste de trouver un repreneur. Mais ce genre de transaction est devenu de plus en plus rare en France en 2012.

En effet, si pour les biens de plus de cinq millions d’euros, le marché s’est tenu l’année dernière, ce n’est pas le cas pour le reste de l’immobilier de luxe. Les transactions pour les biens de moins de deux millions ont reculé de 28% l’année dernière, d’après les chiffres de Barnes. Et pour les biens compris entre deux et cinq millions d’euros, elles ont chuté de 42%.

Et ce n’est pourtant pas l’offre qui manque. "L’expatriation des grosses fortunes vers les pays plus accueillants pour ce qui concerne leur résidence principale a pour conséquence, depuis juin 2012, de dynamiser l’offre. Nous constatons un doublement du nombre de mandats pour les biens supérieur à un million d’euros en fonction des secteurs", note dans un communiqué le spécialiste de l’immobilier de luxe.

Les transactions devraient reprendre

Ce qui bloque ? Tout d’abord, les prix. Pour les biens de plus de deux millions d’euros, mêmes si les prix ont reculé de 10 à 15%, "les acquéreurs anticipent encore une baisse que la plupart des vendeurs ne sont pas encore prêts à accepter fin 2012".

Ensuite, les particuliers restent attentistes à cause du climat fiscal. "Le contexte économique complexe et la gestion du gouvernement peu lisible se traduisent par un réelle inquiétude de la part des vendeurs et acquéreurs de biens immobiliers".

Mais la situation devrait s’arranger. En effet, la majeure partie des mesures fiscales ayant déjà été annoncée et les principales mesures appliquées à compter du 1er janvier 2013, les transactions devraient progressivement reprendre dans le courant du deuxième trimestre avec une correction progressive des prix.

Diane Lacaze