BFM Business

L'entrepreneur mondial de l'année 2015 est pour la première fois français

Mohed Altrad, directeur du groupe d'échafaudages éponyme, a reçu cette récompense décernée par le cabinet EY, samedi 6 juin. Cet entrepreneur a connu un parcours des plus atypiques.

Le titre de l'entrepreneur mondial de l'année pour un Français et surtout un amoureux du rugby. Mohed Altrad dirige, en effet, un groupe éponyme d'échafaudages et de services aux industries du BTP mais est surtout connu du grand public pour être le président du Montpellier Hérault rugby.

Ce sont toutefois bien ses qualités de patron et son incroyable cursus qui l'ont amené à obtenir le prix "EY world entrepreneur of the year" 2015, décerné par le cabinet EY (ex-Ernst & Young), parmi 64 autres entrepreneurs. C'est la première fois qu'un Français obtient cette récompense.

Le président d'EY en France, Jean-Pierre Letartre, a ainsi salué "le parcours exceptionnel" de l'homme d'affaires, né dans une tribu nomade syrienne, "qui a su faire preuve de courage, de persévérance et d'audace".

Un bosseur acharné

Le parcours de Mohed Altrad, est en effet plus qu'atypique. L'homme, d'une soixantaine d'années, ne connaît pas sa date de naissance, expliquant qu'il n'y avait pas d'état civil dans les tribus bédouines.

Il grandit en Syrie dans des conditions très modestes et n’a pas accès à l’école, selon une partie de sa biographie transmise par E&Y. Sa grand-mère, qui l'a élevé après la mort de sa mère, décédée peu après sa naissance, pensait en effet que l'école était "pour les gens paresseux". 

Il désobéit aux ordres, et espionne les autres enfants à l'école en les observant via un trou dans un mur. Jusqu'à ce qu'un élève le poursuive et l'ensevelit.

Après cet incident dont il sort avec la volonté de devenir "le meilleur", un instituteur le repère et le laisse assister aux cours. Il devient premier de sa classe avant d'être envoyé au lycée.

"Il y travaille durement, recopiant les livres qu’il ne peut acheter, passant des heures à la bibliothèque", indique sa biographie. A 17 ans, reçu premier de son département au baccalauréat, il obtient une bourse pour étudier la pétrochimie en France, à Montpellier. Il complète sa formation à Paris par un doctorat en informatique.

De la faillite au numéro un européen des échafaudages

De 1975 à 1980, il est ingénieur chez Alcatel, puis Thomson, avant de partir pour une compagnie pétrolière à Abou Dhabi. Sa carrière d'entrepreneur débute en 1984, quand il crée sa propre entreprise d'informatique, qu'il revendra à Matra un an plus tard. Il acquiert alors un fabricant d'échafaudages en faillite, première pierre du groupe Altrad.

Trente ans plus tard, le groupe, numéro 1 européen des échafaudages dont le siège est resté à Montpellier, compte 7.300 salariés et a réalisé un chiffre d'affaires de 870 millions d'euros l'an dernier. Avec le rachat du néerlandais Hertel, en mars dernier, Altrad va doubler son chiffre d'affaires à plus de 1,6 milliard d'euros et voir grossir ses effectifs à 17.000 salariés.

Amateur de rugby, Mohed Altrad a aussi repris en 2011 le club de rugby de Montpellier alors en difficulté. En mars dernier, l'homme d'affaires est entré à la 1.741e place dans le classement mondial Forbes des milliardaires en dollars.

Julien Marion avec AFP