BFM Business

Bouygues réinvente ses immeubles de bureaux pour plaire aux start-up

Avec NextDoor, Bouygues veut révolutionner l'immobilier de bureau.

Avec NextDoor, Bouygues veut révolutionner l'immobilier de bureau. - Cécile Tordo - BFM Business

Le géant français de la construction vient de livrer à Issy-les-Moulineaux son nouveau concept baptisé Nextdoor.  Répartis sur 2.600 m2, les espaces de travail proposés se louent...  sans engagement.

Importer en France l'ambiance Silicon Valley et faire de nos espaces de travail des lieux de convivialité. Voilà le nouveau challenge des géants de l'immobilier de bureau. Nexity avait lancé "Blue Office". Bouygues Immobilier, de son côté, a inauguré ce jeudi son propre concept. "Nextdoor", le premier bâtiment clé en main, est sorti de terre à Issy-les-Moulineaux.

Un jardin, des tables pour manger, une bibliothèque, une cheminée et salle de détente. Si les occupants ne portaient pas de cravate, on se croirait presque chez soi. C'est bien tout l'intérêt du concept lancé par Bouygues Immobilier. 

-
- © -

Le modèle NextDoor consiste en 2.600 mètres carrés de bureaux, ou plutôt d'espaces de travail, mis à la location sans engagement. La configuration idéale pour un nouveau profil d'entrepreneurs.

"Nous sommes une jeune start-up, nous avons besoin d'être dans cette dynamique", en atteste Julien Selz, le fondateur de "Design Your Cube", une société qui fabrique des rubikscube personnalisés. "Le choix financier n'a pas été essentiel. Nous voulions surtout pouvoir nous adapter en fonction de l'évolution de nos affaires, qui pourrait nécessiter le recrutement de nouveaux collaborateurs. Cette modularité est très accessible ici. C'est exactement ce que l'on souhaitait, ce que l'on cherchait", continue-t-il.

Dans ce bâtiment, les espaces modulables, les engagements flexibles. Une véritable rupture comparée aux tours de bureaux conçues jusqu'à présent par le géant Bouygues Immobilier. Une rupture qui va payer, Philippe Morel, le président de NextDoor, en est convaincu.

"Le modèle économique de NextDoor est celui d'une compagnie aérienne. Bouygues loue un bâtiment, qui est ensuite reloué à la découpe. Le levier, c'est le taux d'occupation. Dans l'immobilier de bureau traditionnel, le taux d'occupation est faible. Il avoisine les 50-60%, parfois moins. Et seulement cinq jours dans la semaine, entre 9 heures et 19 heures. 'L'avion Nextdoor', lui, sera occupé à 100% d'ici la fin de l'année, pratiquement 24 heures sur 24, et sept jours par semaine", promet Philippe Morel.

A travers Nextdoor en effet, Bouygues combat aussi un véritable fléau de l'immobilier tertiaire: le bureau vide. Le groupe est d'ailleurs déjà en train d'essayer de vendre le concept à de grandes entreprises.

-
- © -
Marie Coeurderoy, édité par N.G.