BFM Business

À New York, un gratte-ciel a été créé pour résister aux inondations

Cet immeuble a été imaginé après l'ouragan Sandy.

Cet immeuble a été imaginé après l'ouragan Sandy. - Don Emmert - AFP

Les premiers résidents arrivent au 626 1st Avenue, un gratte-ciel pensé pour que ses habitants survivent le plus longtemps possible lors d'inondations. "American Copper Buildings" a été imaginé en 2012, après le passage de l'ouragan Sandy.

Le 626 1st Avenue n'est pas l'immeuble le plus haut, le plus long ou au design le plus insolite de New York, mais ses architectes ont peut-être imaginé le bâtiment le plus indispensable de la grosse pomme. Il est fait pour résister aux inondations. En octobre 2012, après le passage de l'ouragan Sandy, New York est paralysé par les eaux pendant plusieurs jours. Simon Koster, responsable de la compagnie immobilière JDS s'est demandé "comment peut-on s'assurer que ceux qui vivront ici ne seront pas confrontés à ce scénario? On savait très bien que ça recommencerait". Il a eu l'idée d'acheter un terrain, à Kips Bay, "et on a laissé les architectes cogiter".

Près de 5 ans plus tard, le complexe "American Copper Buildings" voit le jour. Les premiers habitants prennent actuellement possession des lieux, selon le site Curbed. 764 appartements à louer, répartis sur deux tours de 48 et 41 étages. Il reste encore une dizaine de logements qui n'ont pas trouvé preneur. Les prix vont de 3.100 dollars par mois pour un studio à 8.200 dollars pour un appartement au 23ème étage avec deux chambres et deux salles de bain. Des appartements de trois chambres devraient également voir le jour. Entre les deux tours, une passerelle qui court sur trois étages. Elle est équipée d'une piscine, d'un jacuzzi et d'un bar pour les locataires des deux tours. Les architectes ont également prévu un mur d'escalade, une salle de yoga et une aire de jeux pour les enfants. Sur le toit, sera installée une piscine à débordement, ainsi qu'un bar et des équipements pour barbecue.

Deux énormes générateurs alimentés en gaz naturel

Mais outre ses prestations de luxe, ce qui séduit les locataires dans ce complexe se sont… ses générateurs. L'idée est de permettre aux habitants des deux tours de tenir le plus longtemps possible sans électricité. "Si on est privé d'électricité, mais que vous pouvez prendre l'ascenseur, que les frigos marchent et que vous avez une prise électrique pour recharger votre portable, vous pouvez probablement survivre pendant une semaine", explique l'un des architectes.

Aux derniers étages, à côté de la piscine à débordement et de la terrasse avec vue sur l'East River, deux énormes générateurs alimentés en gaz naturel. Ils permettront à certains équipements indispensables de continuer de fonctionner en cas de panne d'électricité. "C'est sur le plan immobilier la surface la plus précieuse du bâtiment", reconnaît Simon Koster, sans chiffrer le manque à gagner. "Mais en y installant des millions de dollars d'équipement, on augmente la valeur de tous les autres appartements en-dessous".

Normalement installés au sous-sol, les équipements de chauffage, de ventilation et la grosse machinerie électrique du complexe ont été mis au premier étage, à plus de sept mètres au-dessus de la rue. Une autre manière de limiter les risques d'inondation.

-
- © -
-
- © -
-
- © -
-
- © -
Diane Lacaze