BFM Business

Un employé de Morgan Stanley vole des milliers de données bancaires

La banque Morgan Stanley a indiqué qu'aucun dommage économique n'a jusqu'à présent été constaté.

La banque Morgan Stanley a indiqué qu'aucun dommage économique n'a jusqu'à présent été constaté. - Emmanuel Dunand - AFP

Un employé de l'établissement américain a dérobé les données personnelles de plus de 350.000 clients, en dévoilant même certaines sur internet. Ce salarié a été licencié par Morgan Stanley.

Morgan Stanley victime d'un vol massif de données bancaires. Un employé de la banque américaine a volé des données personnelles de centaines de milliers de clients. Les quelque 350.000 personnes concernées n'ont même pas eu le temps de s'en rendre compte et pourtant, les données de 900 d'entre elles ont brièvement été publiées sur internet avant que la banque ne les retire. 

Les données en questions concernaient des numéros de compte ou encore les noms des clients. Ces informations auraient été mises en vente sur un site de partages de données, rapporte le New York Times. Elles auraient ainsi été mises à prix, à un tarif de 78.000 "speedcoins", une monnaie virtuelle semblable au bitcoin, qui n'a toutefois pas encore de taux de change.

Le salarié licencié

Morgan Stanley a du se fendre d'un communiqué pour se justifier lundi 5 janvier. Dans ce texte, la banque, qui a découvert les faits le 27 décembre dernier, assure avoir immédiatement réagi. Le salarié fautif a ainsi été aussitôt licencié et Morgan Stanley a informé de l'incident les autorités compétentes.

Si l'établissement bancaire n'a pas donné le nom de l'employé, plusieurs médias américains indiquent l'avoir identifié. Il s'agirait d'un conseiller financier âgé de 30 ans et travaillant pour une des succursales new-yorkaise de Morgan Stanley. Il serait entré en 2008 dans la banque en tant que stagiaire avant de gravir les échelons de l'établissement.

Un impair pour l'image de Morgan Stanley

Morgan Stanley assure que, pour l'instant, aucune perte économique n'a été constatée. Elle indique également que les données volées ne contenaient aucun numéro de sécurité sociale ni aucun mot de passe. La banque se serait néanmoins certainement bien passée de cette affaire en termes d'image, d'autant qu'elle touche de riches clients de l'activité gestion de fortune de Morgan Stanley. Le chiffre de 350.000 personnes représente 10% des clients de cette activité.

En 2011, Morgan Stanley avait déjà connu un impair majeur en perdant des données sur la situation fiscale de quelque 34.000 clients après la disparition d'un CD dans lequel ces informations étaient stockées.

Caroline Morisseau avec BFMbusiness.com