BFM Business

Subprimes: l'amende honorable de S&P lui coûtera 1 milliard de dollars

L'agence de notation Standard & Poor's accepte de payer 1 milliard de dollars pour s'être trompée sur les subprimes.

L'agence de notation Standard & Poor's accepte de payer 1 milliard de dollars pour s'être trompée sur les subprimes. - Brendan McDermid - Reuters

L'agence de notation aurait accepté de payer une amende de 1 milliard de dollars aux Etats-Unis pour éviter que la justice la pénalise davantage pour avoir sous-évalué les risques de ces produits financiers.

Après les amendes record des banques, c'est au tour des agences de notation. Standard & Poor's, aurait accepté de verser 1 milliard de dollars afin de s'épargner un procès pour avoir sous-évalué le risque des subprimes, selon l'AFP.

La plus connue des agences était soupçonnée par les autorités américaines d'avoir minimisé la dangerosité de ces produits financiers indexés à des crédits immobiliers à risque "subprimes", à l'origine de la plus grave crise financière des années 2000. 

L'accord, qui est en phase de finalisation, devrait être annoncé d'ici la fin du premier trimestre, a ajouté la source anonyme de l'AFP.

Une première pour une agence de notation

Ce serait une première pour une agence de notation. Ses rivales Moody's et Fitch Ratings ont aussi vu leur notation remises en cause, mais S&P est la seule à être poursuivie par les autorités américaines.

Bien des banques, en revanche, ont réglé des amendes dans ce dossier, pour éviter d'avoir à s'expliquer devant un juge. Des pénalités dont les montants ont pulvérisé les records.

Bank of America a ainsi été condamné à verser près de 70 milliards de dollars, en deux fois, la plus énorme amende jamais enregistrée aux Etats-Unis pour une banque. JPMorgan arrive juste après, avec ses 13 milliards de dollars de ponction, toujours dans le même dossier. Lourd tribut également pour Citigroup, qui a payé 7 milliards de dollars en juillet 2014 pour solder ses errements passés dans le secteur immobilier.

Goldman Sachs, pour sa part, avait dû débourser 3,15 milliards de dollars en août 2014 pour racheter des titres litigieux à Fannie Mae et Freddie Mac. Ces organismes de refinancement public, sur la base des bonnes notes attribués justement par S&P, avaient garanti les produits financiers adossés aux subprimes. Ils avaient frôlé la faillite, et dû être sauvés par le gouvernement fédéral, lorsque les défauts de paiement sur ces crédits octroyés à des emprunteurs insolvables s'étaient multipliés. 

Via ces accords, ces institutions évitent le dépôt une procédure en justice qui impliquerait immanquablement que des données confidentielles, notamment sur leur façon de travailler, soient dévoilées au cours des débats. Une publicité dont elles préfèrent se passer, quitte à y mettre le prix

Nina Godart avec AFP