BFM Business

Sous-préfectures : Cahuzac veut épargner les départements ruraux

Jérôme Cahuzac

Jérôme Cahuzac - -

Le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, a plaidé jeudi sur RMC et BFMTV pour une réorganisation « sur mesure » du réseau français de 238 sous-préfectures.

Les sous-préfectures seront-elles épargnées par les mesures d'austérité qui devraient toucher l'hexagone dès 2013 ? Le mois dernier, Manuel Valls expliquait sa volonté, dans ce souci d’économies, de fermer si nécessaire certaines des 238 sous-préfectures françaises. Jeudi sur RMC et BFMTV, Jérôme Cahuzac le ministre délégué au Budget a tempéré ces propos. « Il me semble que c'est un peu du sur-mesure qu'il faut faire dans ces cas-là (...). Il ne faut pas une mesure bête et brutale qui s'applique partout quelles que soient les circonstances », a-t-il déclaré. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin sur d'éventuelles fermetures, Jérôme Cahuzac s'est limité à parler d'un « effort de rationalisation de la présence de l'Etat dans les territoires », dont la décision reviendra au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.

Différence entre villes et campagnes

« Dans un département rural, la sous-préfecture, c'est ce qui reste de la présence de l'Etat, c'est le symbole et, au-delà du symbole, le moyen pour nos concitoyens de s'adresser à l'Etat (...). Cette présence de l'Etat est indispensable aux yeux de beaucoup de nos concitoyens », a déclaré Jérôme Cahuzac, élu du Lot-et-Garonne. « En revanche dans d'autres départements, de très nombreuses structures étatiques ou para-étatiques existent déjà et la sous-préfecture joue peut-être un rôle qui aujourd'hui n'est plus le rôle qu'elle a pu jouer », a-t-il ajouté avant de conclure : « Il faut savoir s'adapter aux conditions du terrain et je suis certain que Manuel Valls aura l'intelligence de le faire ».

Les écarts démographiques pointés par la Cour des comptes

Dans son rapport 2012, la Cour des comptes a pointé « les écarts démographiques croissants » entre les 330 arrondissements de métropole - qui n'ont pas tous des sous-préfectures - et préconisé « d'adapter leur carte aux réalités socio-démographiques et administratives actuelles ».

La Rédaction avec AFP