BFM Business

Pour 4 Français sur 10, changer de banque reste compliqué

Alors que 24% des personnes interrogées par UFC-Que Choisir déclarent vouloir changer de banque au cours des 12 prochains mois, pour 40% d'entre elles les démarches demeurent trop longues et compliquées.

Alors que 24% des personnes interrogées par UFC-Que Choisir déclarent vouloir changer de banque au cours des 12 prochains mois, pour 40% d'entre elles les démarches demeurent trop longues et compliquées. - Jean-Sébastien Evrard-AFP

Selon UFC-Que Choisir, les banques ne facilitent pas la tâche de ceux qui veulent changer d'enseigne. Les frais de transfert de produits d'épargne ont augmenté de 18% depuis 2012, rendant la mobilité bancaire moins attractive.

Changer de banque est-il devenu aussi simple que de changer d'opérateur mobile? Sept mois après l'entrée en vigueur de la loi Macron dont l'un des dispositifs était destiné à faciliter la mobilité bancaire, la perception des consommateurs est mitigée, si l'on en croit l'enquête d'UFC-Que Choisir réalisée auprès de 4874 répondants. 

Certes, 80% des interviewés sont convaincus qu'il est plus facile de changer d'enseigne bancaire qu'avant. Mais, s'ils sont 60% à estimer que les démarches ne sont ni longues ni compliquées, ils sont encore 40% à penser le contraire. Cette perception négative d'une forte minorité de clients survient alors qu'un quart des personnes sondées envisage de changer de banque dans l'année et que 58% déclarent qu'ils pourraient être clients d'une banque en ligne.

Alors que la durée médiane des démarches pour changer de banque est de 5 semaines pour ceux qui ont effectivement franchi le pas, un tiers d'entre eux ont trouvé ce changement difficile. En cause, essentiellement des problèmes administratifs liés à la mauvaise transmission par les banques d'informations les concernant ou à des délais anormalement longs.

-
- © -

"Ces mauvaises pratiques sont à l’origine de la facturation de juteuses commissions d’intervention sur le compte de départ ainsi que, pour certains consommateurs, de procédures de mobilité toujours non achevées plusieurs mois après la signature du mandat" relève l'association de consommateurs.

UFC-Que Choisir épingle aussi les hausses des montants de frais de transferts de certains comptes lorsque le client désire quitter sa banque pour une autre. Alors que la nouvelle réglementation impose la gratuité sur le transfert automatisé des domiciliations des virements et prélèvements, l'examen des brochures tarifaires de 71 établissements "montre que les banques se sont rattrapées sur les tarifs de transfert des produits d’épargne, non plafonnés" souligne l'association.

Transférer des produits d’épargne-logement (CEL/PEL) et des PEA coûte respectivement 91 euros (+18 % en 5 ans) et 87 euros (+13 %), en moyenne, en 2017, soit 178 euros à payer pour celui qui possède un PEL et un PEA. Résultat, "dans le cas d’une mobilité d’une banque de réseau à une banque en ligne, qui génère une économie moyenne de 62 euros par an sur le compte courant d’après notre enquête, l’opération ne sera ainsi rentable, en moyenne, qu’au bout de 2 ans et 10 mois" estime les auteurs de l'étude.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco