BFM Business

Le sort de Dexia suspendu à l'avis de Bruxelles

Bruxelles devrait rendre un avis sur le sauvetage de Dexia dans les deux semaines à venir.

Bruxelles devrait rendre un avis sur le sauvetage de Dexia dans les deux semaines à venir. - -

La banque réclame 90 milliards d'euros de garanties publiques. La Commission européenne rendra un premier verdict dans les deux semaines à venir. En cas de refus, Dexia passerait d'une liquidation à une faillite.

La survie de la banque franco-belge est suspendue à deux décisions. D’une part à l’octroi d’une garantie de 90 milliards d’euros par la France et la Belgique à un coût non prohibitif, et d’autre part à l’approbation par la Commission européenne de son plan de sauvetage. Contactée par la rédaction, Bruxelles a indiqué qu’elle donnera un premier verdict dans les deux semaines à venir.

Une décision qui ferait peser un risque sur l'ensemble du secteur financier. Car si Dexia n'obtient pas ces garanties, c'est tout le secteur financier qui risque d'être ébranlé, puisque l’on s’oriente vers une liquidation désordonnée. Un choc systémique comparable à celui provoqué par la chute de la banque d’affaires Lehman Brothers.

Des conditions soumises à validation

Bruxelles n'aurait donc pas vraiment le choix dans sa prise de décision. Tout le suspens repose donc sur les conditions de ces garanties. Dexia voudrait obtenir ces couvertures des Etats quasi-gratuitement. Pas sûr que ces conditions soient acceptées.

Bruxelles pourrait aussi contester le montage de la nouvelle banque des collectivités locales qui sera en partie adossée à la Caisse des dépôts. Elle pourrait considérer que c'est une forme d'aide publique. Autant dire que le dossier Dexia pourrait encore réserver quelques surprises.

Caroline Morisseau et BFMbusiness.com