BFM Business

Le "Shadow banking" dans le viseur du Conseil de stabilité financière

Pour lutter contre le Shadow banking, le FSB recommande de cibler les entités qui ont été source de problème lors de la crise.

Pour lutter contre le Shadow banking, le FSB recommande de cibler les entités qui ont été source de problème lors de la crise. - -

Les régulateurs financiers estiment à environ 67 000 milliards de dollars la taille de ce système bancaire parallèle. Ils souhaitent une surveillance et une régulation accrues.

Dans un rapport publié ce dimanche 18 novembre, le Conseil de stabilité financière (FSB) fournit aux autorités diverses recommandations pour renforcer la lutte contre les dérives du système bancaire parallèle, aussi appelé "shadow banking".

Il souhaite que ce secteur soit soumis à une surveillance et une régulation appropriées pour faire face "aux risques financiers qui émergent en dehors du système bancaire classique sans toutefois inhiber les modèles durables de financement non bancaire qui ne posent pas de tels risques".

Le FSB recommande aux autorités une approche "proportionnée aux risques en termes de stabilité financières, en se concentrant sur les activités qui sont importantes pour le système". Il conseille notamment de cibler les entités "qui ont été une source de problèmes lors de la crise", sans toutefois les citer. Les recommandations finales seront publiées en septembre 2013.

Des acteurs extrêmement diversifiés

En attendant, le rapport du FSB est aussi l’occasion de faire le point sur ce secteur bancaire parallèle. Le Conseil estime qu’il a représenté environ 67 000 milliards de dollars en 2011 au niveau mondial.

Ses acteurs sont extrêmement diversifiés, il s'agit "d'intermédiaires de crédit impliquant des entités et des activités en dehors du système bancaire régulier" note le document.

Ce terme regroupe les fonds d'investissements, les fonds monétaires, mais aussi les sociétés de financement et autres entités spécialisées dans les titres qui fournissent des crédits ou des garanties de crédits, ou encore des entreprises d'assurance ou de réassurance qui émettent ou garantissent des produits de crédit.

BFMbusiness.com et AFP