BFM Business

Le nombre de livrets A a chuté de plus de 5 millions en 2016

Chute du nombre de détenteurs d'un livret A.

Chute du nombre de détenteurs d'un livret A. - Philippe Huguen - AFP

Une baisse essentiellement due à la loi Ecker qui oblige les banques à identifier les comptes inactifs.

Il reste le placement préféré des Français et pourtant... Le nombre de livrets A détenus par des particuliers a diminué de plus de cinq millions l'an passé en France. On estime désormais à 55,8 millions le nombre de personnes détenant un livret A. C'est 5,3 millions de moins qu'en 2015, selon le rapport annuel de l'Observatoire de l'épargne réglementée

Cette baisse est majoritairement due à la loi Eckert, du nom de l'ancien secrétaire d'État au Budget. Cette loi dispose que les banques doivent identifier chaque année les comptes inactifs, informer leurs titulaires ou leurs ayants-droit connus et transférer les sommes non réclamées à la Caisse de dépôts. 3,7 milliards d'euros attendraient aujourd'hui leurs propriétaires à la Caisse des dépôts. 

Mais les effets continus de la lutte contre la multidétention de livrets A sont également pointés du doigt. Celle-ci aurait entraîné un mouvement de clôtures nettes de 4,7 millions de comptes entre 2012 et 2015. Le taux de détention du livret A par des personnes physiques a, de son côté, chuté de 83,4% en 2016 contre 91,7% en 2015. 

Les ouvertures de livrets A se font elles aussi de plus en plus rares. Elles ont ainsi diminué à 2,44 millions l'an passé contre 2,58 millions en 2015. L'encours total du livret A s'inscrivait à 259,4 milliards d'euros, ce qui correspond à une hausse de 3,6 milliards sur l'année

Croissance de l'épargne réglementée 

Plus globalement, les dépôts d'argent sur les plans d'épargne réglementés ont progressé en 2016 de 2,7% sur un an, atteignant 705 milliards d'euros à fin décembre, selon le rapport annuel de l'observatoire de l'épargne réglementée.

Cette épargne réglementée des ménages -constituée des dépôts sur les Livrets A, livrets de développement durable et solidaire (LDDS), livrets d'épargne populaire (LEP), plans d'épargne-logement (PEL), plans d'épargne populaire (PEP)- représente près de 15% du patrimoine financier des Français.

Au total, ce patrimoine s'établissait à 4.765 milliards d'euros à fin 2016, en hausse de 300 milliards d'euros par rapport à 2015, sous l'effet notamment de placements financiers et de la revalorisation d'actifs due à un changement de réglementation européenne. Sur les cinq premiers mois de 2017, la croissance de l'épargne réglementée des ménages est restée dynamique, à 3,2% à fin mai, soutenue par la reprise des placements sur les livrets A, en hausse de 7,1 milliards d'euros au premier semestre.

Rémunération moyenne de 1,51%

La rémunération moyenne de l'épargne réglementée s'établit à 1,51% contre 1% pour celle de l'ensemble des dépôts bancaires réalisés par les ménages. Ce rendement des dépôts bancaires est "très supérieur" à celui constaté dans d'autres pays européens, estime la Banque de France dans un communiqué. "La rémunération moyenne est ainsi de 1% en France, contre 0,47% en Italie, 0,28% en Allemagne, 0,14% en Espagne", est-il précisé. 

Cet écart avec les pays voisins, qui a progressé de 0,10 point de pourcentage en moyenne annuelle depuis 2014, s'explique principalement par la rémunération plus élevée du plan épargne-logement français qui atteignait 2,72% en moyenne à fin mai 2017 contre celle largement plus basse de la dette souveraine à la même période (0,73% pour l'obligation à 10 ans).

P.L avec AFP