BFM Business

La profession bancaire s'indigne contre les propos "injurieux" de Gilbert Collard

Gilbert Collard avait prononcé ces paroles à Amiens, mercredi.

Gilbert Collard avait prononcé ces paroles à Amiens, mercredi. - Bertrand Guay - AFP

La FBF, fédération du secteur, ainsi que plusieurs syndicats ont fustigé les déclarations du député Rassemblement Bleu Marine, qui avait prononcé, jeudi, une insulte pour qualifier la profession de banquier.

La Fédération bancaire française (FBF) et plusieurs syndicats représentatifs du secteur ont dénoncé vendredi des propos "injurieux" du député Rassemblement Bleu Marine Gilbert Collard à leur encontre qui les ont "profondément blessés".

Après la diffusion mercredi par BFMTV d'images de militants FN distribuant croissants, tracts, puis sifflets aux salariés de Whirlpool à Amiens avant la visite de M. Macron, ce dernier avait accusé Marine Le Pen de faire "de l'utilisation politique, puisqu'elle allait haranguer des militants politiques sur un parking".

"Depuis quand on achète des militants, des ouvriers ? (...) Ce ne sont pas des putes comme les banquiers", avait déclaré le lendemain Gilbert Collard (député apparenté FN), ce qui a suscité vendredi l'ire des organisations représentatives du secteur bancaire français.

Des propos "injurieux"

"La profession bancaire et ses 370.000 salariés se sentent profondément blessés par ces propos injurieux qui portent atteinte à leur dignité tant professionnelle que personnelle", ont fait savoir vendredi dans un communiqué commun la FBF, peu habituée à s'exprimer dans le débat politique, et les syndicats représentatifs du secteur CFDT, CFTC et SNB/CFE-CGC.

"Les banques françaises et les syndicats représentatifs de secteur bancaire regrettent profondément" ces propos et "nous pensons tout particulièrement aux effets de tels propos sur les salariés des banques", soulignent les organisations dans le communiqué.

Dans un communiqué séparé, le syndicat FO Banques a estimé que "ces propos sont profondément choquants, insultants et méprisants pour des salariés des banques et sociétés financières".

J.M. avec AFP