BFM Business

La France veut que Barroso renonce à rejoindre Goldman Sachs

Harlem Désir, le secrétaire d’État aux Affaires européennes, a appelé "solennellement" l’ancien dirigeant à renoncer à son poste de conseiller au sein de la banque américaine.

La polémique autour du recrutement de José Manuel Barroso par Goldman Sachs pourrait prendre une nouvelle dimension. Car la France demande désormais officiellement à l'ancien président de la Commission européenne de renoncer à son poste de conseiller au sein de la banque américaine, a fait savoir Harlem Désir. 

Cette embauche est "particulièrement scandaleuse, compte tenu notamment du rôle joué par cette banque dans la crise financière de 2008 mais aussi du trucage des comptes publics de la Grèce", a déclaré le secrétaire d'État aux Affaires européennes, lors des questions d'actualité à l'Assemblée. "M. Barroso fait aujourd'hui avec cette affaire le lit des anti-européens. Je l'appelle donc solennellement à renoncer", a-t-il ajouté. 

"Moralement, politiquement, déontologiquement, c'est une faute de la part de M. Barroso, c'est le pire service qu'un ancien président d'une institution européenne pouvait rendre au projet européen, à un moment de l'histoire où il a au contraire besoin d'être soutenu, porté et renforcé", a-t-il encore affirmé.

Pour rappel, celui qui a dirigé la Commission pendant 10 ans, de 2004 à 2014, a été embauché par la puissante banque américaine pour la conseiller sur l'ère post-Brexit. 

Y.D. avec agences