BFM Business

La BCE a un œil sur la crise ukrainienne

Mario Draghi a évoqué un "problème plus large que la politique monétaire".

Mario Draghi a évoqué un "problème plus large que la politique monétaire". - -

Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a déclaré, ce lundi 3 mars, que l'impact économique de la crise ukrainienne sera "probablement limité". Mais il s'est également inquiété de la dimension géopolitique de l'évènement.

La Banque centrale européenne s'attèle à rassurer. Ce lundi 3 mars, son président, Mario Draghi, a tenu à rappeler que les liens financiers entre l'Ukraine et la zone euro sont minces, alors que les bourses européennes souffrent, impactées par la situation géopolitique en Crimée.

"Sur le plan financier et économique, les échanges de la zone euro (avec l'Ukraine, NDLR), sont faibles (...). L'impact économique sera donc probablement relativement limité", a-t-il déclaré devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen.

"Toutefois, la dimension géopolitique de cette situation est complémentent différente. Elle pourrait avoir une force et une capacité d'affecter les événements qui pourraient aller au-delà des liens actuels et des données statistiques", a ajouté Mario Draghi.

"Nous devons observer la situation avec attention"

"Nous devons observer la situation avec grande attention car il s'agit d'un problème plus large que la politique monétaire et qui pourrait aussi avoir un impact sur l'économie", a-t-il conclu.

Interviewée par BFM Business ce même jour, la présidente du comité de supervision bancaire de la Banque centrale européenne, Danièle Nouy, avait, elle, assuré que les banques hexagonales n'étaient pas menacées par la crise ukrainienne.

"Les montants concernés sont très modérés par rapport au total de leur exposition", avait-elle expliqué. 

A la Bourse de Paris, Société Générale figure parmi les valeurs les plus chahutées ce lundi, avec une baisse de 4,99% vers 16h30. L'établissement dirigé par Frédéric Oudéa est exposé en Europe de l'Est, via notamment sa filiale russe Rosbank.

J.M. avec agences