BFM Business

La banque suisse Reyl fait l’objet d’une enquête judiciaire

La banque suisse Reyl fait l'objet d'une enquête pour "blanchiment de fraude fiscale".

La banque suisse Reyl fait l'objet d'une enquête pour "blanchiment de fraude fiscale". - -

Après UBS, c’est la banque suisse Reyl qui fait l’objet d’une procédure judiciaire pour "blanchiment de fraude fiscale", selon une information du Monde.

La France s’attaque à la Suisse. La banque de Genève, Reyl & Cie, fait l’objet d’une information judiciaire pour "blanchiment de fraude fiscal", révèle le quotidien Le Monde, ce vendredi 14 juin. Le Parquet de Paris aurait ouvert l’information judiciaire le 31 mai dernier. Objectif: fouiller dans les activités de Reyl, qui serait impliqué dans l’affaire Cahuzac.

Cette procédure intervient après l’audition de Pierre Condamin-Gerbier, ancien associé de la banque, mi-avril. Celui-ci avait alors déclaré que d’autres contribuables français avaient placé leur argent sur les comptes suisses de Reyl.

Jeudi 13 juin, il avait renouvelé ses affirmations, et s’était dit prêt à révéler une liste de 15 noms de personnalités politiques concernées. Une information que la banque a démentie un peu tôt dans la journée.

Deuxième enquête contre une banque suisse, après UBS

Fin mai, les juges Renaud Van Ruymbecke et Roger Le Loire, qui enquêtent sur les comptes à l’étranger de Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget, avaient obtenu l’accord du Parquet pour étendre leur enquête à la banque Reyl.

Cette dernière est maintenant séparée de la procédure sur l’affaire Cahuzac. L’enquête sur Reyl a été confiée au juge Renaud Van Ruymbecke. Il s’agit de la deuxième instruction française contre une banque suisse.

Le 7 juin dernier, le Parquet de Paris avait mis en examen UBS pour démarchage illicite. La banque suisse avait également été placée sous statut de témoin assisté pour "blanchiment de démarchage illicite" et "blanchiment de fraude fiscale".

A LIRE AUSSI:

>> Reyl dément avoir des hommes politiques français comme clients

>> Evasion fiscale: UBS mise en examen

A.D. avec AFP