BFM Business

L’ex-société de DSK à nouveau dans la tourmente

Dominique Strauss-Kahn s'est retiré de LSK après avoir pris conscience des difficultés financières de la société.

Dominique Strauss-Kahn s'est retiré de LSK après avoir pris conscience des difficultés financières de la société. - Alexa Stankovic - AFP

Le fonds luxembourgeois LSK aurait laissé près de 100 millions d’euros de créances, dont une partie due au fisc du Grand-Duché.

LSK, le fonds d'investissement luxembourgeois présidé jusqu'en octobre par Dominique Strauss-Kahn, n’en finit plus de faire parler de lui. La société a en effet laissé un passif de près de 100 millions d'euros et un total de 150 créanciers, dont le fisc luxembourgeois, a-t-on appris mercredi.

"Le montant des créances de LSK et de sa branche de gestion d'actifs Assya Asset Management, enregistrées au Tribunal de commerce de Luxembourg, où les sociétés ont été déclarées en faillite et en liquidation en novembre, atteint pratiquement les 100 millions d'euros", a ainsi déclaré à l'AFP un représentant des créanciers ayant eu accès au dossier.

Poursuites à l'encontre des anciens dirigeants

Selon la presse locale, le Luxembourg a engagé des poursuites administratives à l'encontre des anciens dirigeants de LSK, dont Dominique Strauss-Kahn, pour qu'ils remboursent les impôts impayés sur les salaires, pour un montant de 75.000 euros. Au Grand-Duché, ils sont prélevés à la source par l'employeur qui reverse ensuite les montants dus à l'administration fiscale.

La holding Leyne Strauss-Kahn (LSK) avait été créée par l'homme d'affaires franco-israélien Thierry Leyne, qui s'est suicidé le 26 octobre dernier, précipitant l'effondrement du groupe dont Dominique Strauss-Kahn était la figure de proue. L'ancien directeur général du FMI en avait occupé la présidence jusqu'au 20 octobre, avant de découvrir, selon ses propos, l'ampleur des engagements financiers contractés par Thierry Leyne.

Y.D. avec AFP