BFM Business

L'ex-champion Marcel Desailly visé par le fisc français

Marcel Desailly, capitaine des Bleus au moment de leur victoire au Mondial de foot en 98, aurait fraudé le fisc.

Marcel Desailly, capitaine des Bleus au moment de leur victoire au Mondial de foot en 98, aurait fraudé le fisc. - Franck Fife - AFP

L'ex-capitaine de l'équipe de France de football est soupçonné par le fisc français de détenir un compte non-déclaré chez UBS en Suisse. Les autorités helvètes vont fournir des informations à ce sujet à la France, indique-t-elles ce 19 août.

Le fisc français continue de s'intéresser aux impôts des footballeurs, en particulier des champions du monde de 98. Après Claude Makelele et Patrick Vieira, c'est au tour de Marcel Desailly d'être dans la ligne de mire des autorités fiscales françaises. Selon un avis publié ce mardi 19 août à Berne (ci-dessous), les services français soupçonnent l'ex-star du football d'avoir caché des fonds en Suisse.

Comme pour ses anciens comparses des Bleus, le fisc français a obtenu l'assistance administrative des autorités suisses sur ce dossier, selon cet avis officiel. Cela veut dire que la Suisse va répondre aux demandes de renseignements concernant les éventuels avoirs de Marcel Desailly dans des banques helvètes.

L'ancien capitaine de l'équipe de France de 2000 à 2004, d'origine ghanéenne, détient ou détenait des biens auprès de la banque UBS. La même banque qui a hébergé les avoirs de Claude Makelele et Patrick Vieira.

Blanc, Djorkaeff, Vieira, Karembeu et Makelele clients d'UBS

En 2013, Mediapart révélait, outre le compte caché de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac dans cette même banque, d'autres noms de stars du milieu du foot détenteurs d'un compte non-déclaré à l'UBS. Parmi eux, l'ancien joueur puis sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc, et ses ex-équipiers Youri Djorkaeff et Christian Karembeu.

Selon le site, ces personnalités faisaient partie du département "sport et showbusiness" du premier gestionnaire de fortune mondial. Une branche au cœur d'un système de démarchage illicite pour lequel la banque fait aujourd'hui l'objet de poursuites judiciaires en France.

Marcel Desailly, âgé de 45 ans, peut intenter un recours dans un délai de 30 jours contre la décision de la Suisse de coopérer auprès du Tribunal administratif fédéral.

N.G. avec AFP