BFM Business

"Il faut mobiliser toutes les forces pour défendre la place de Paris"

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace.

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace. - Eric Piermont - AFP

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace, était l'invité de BFM Business ce 5 juillet. Il a rappelé l'occasion de pour la place de Paris de monter une marché si la City rétrograde.

"Le moment est très important pour la place de Paris à cause du Brexit". Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace, était l'invité de BFM Business ce 5 juillet. Si pour lui, "notre déception est à la mesure des efforts que nous avions fait pour que la Grande-Bretagne reste dans l'Union européenne", le président de Paris Europlace estime aussi qu'il "faut mobiliser toutes les forces pour défendre la place de Paris".

Sièges de multinationales, établissements bancaires de rang mondial, écoles de prestige et cadre de vie: Gérard Mestrallet estime que les atouts de la capitale doivent être mis en avant pour attirer relocalisations et emplois. D'autant que d'autres villes comme Dublin ou Francfort peuvent également tenir la corde: la première pour des raisons de fiscalité, de proximité et de langue ; la seconde, qui abrite la Banque centrale européenne (BCE), avec la possible concrétisation de la fusion annoncée entre les bourses de Francfort et Londres (Deutsche Börse/London Stock Exchange).

Gérard Mestrallet préconise donc de mettre en place des atouts. Par exemple, il souhaite que la durée du régime des impatriés, actuellement de cinq ans, passe à dix ans. Un salarié - français ou étranger - qui résidait fiscalement hors de France depuis au moins cinq ans bénéficie, lors de son embauche en France, d'une exonération partielle d'impôt pendant cinq ans.

Il veut aussi faire revenir certains métiers comme deux du corporate finance ou du private equity.