BFM Business

HSBC dans la tourmente, ses résultats chutent

En raison de tensions géopolitiques et des incertitudes à propos de la zone euro,  HSBC ne prévoit pas une amélioration de ses résultats en 2015.

En raison de tensions géopolitiques et des incertitudes à propos de la zone euro, HSBC ne prévoit pas une amélioration de ses résultats en 2015. - Andrew Cowe - AFP

La banque a dû payer de nombreuses amendes en 2014. Son bénéfice a baissé de 17%. HSBC a profité de cette publication de résultats pour renouveler ses excuses pour l'affaire du SwissLeaks.

L'année 2014 n'aura pas été tendre pour HSBC et 2015 s'annonce tout aussi rude. Le géant bancaire britannique a fait état, ce lundi 23 février, d'une baisse de 17% de son bénéfice net en 2014, à cause d'une série d'amendes versées aux autorités de régulation.

Le bénéfice imposable 2014 a atteint 18,7 milliards de dollars (16,5 milliards d'euros) contre 22,6 milliards il y a un an et une prévision moyenne des analystes financiers de 21 milliards.

Les amendes sont notamment : 10 millions de dollars pour solder un litige concernant ses pratiques lors des saisies immobilières, 12,5 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites contre sa filiale de banque privée suisse qui a proposé à des clients américains des services sans être dûment enregistrée auprès de la SEC, ou encore 618 millions de dollars (avec 5 autres banques) pour manipulation du marché des changes.

Le chiffre d'affaires de HSBC s'est effrité de 5,3% à 61,2 milliards de dollars (53,8 milliards d'euros).

Pour l'année 2015, le groupe a prévenu que le climat des affaires dans le monde pâtirait d'"un large éventail d'incertitudes et de défis, dont la plupart ne dépendent pas de nous". Parmi ces facteurs perturbants, il a cité "la résultante des tensions géopolitiques, les incertitudes à propos de la zone euro, les changements politiques (...) et l'efficacité des politiques non conventionnelles des banques centrales".

Eventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne

Par ailleurs, le groupe a ajouté qu'il publiait lundi une étude à propos de l'éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, à propos de laquelle le Premier ministre britannique David Cameron, candidat à sa succession lors des élections de mai, a promis un référendum. D'après la banque, il serait "beaucoup moins risqué" pour le pays de travailler à la réforme de l'UE de l'intérieur plutôt que de tenter une aventure solitaire.

HSBC a profité de cette publication de résultats pour renouveler ses excuses "sincères" pour l'affaire du SwissLeaks, un vaste scandale d'évasion fiscale via la Suisse. "Nous regrettons profondément la conduite et les manquements aux règles (...)" précise HSBC, qui se confond en excuses depuis les révélations sur les pratiques de sa filiale en Suisse il y a près de deux semaines.

D. L. avec agences