BFM Business

François Villeroy de Galhau: "il faut faire confiance aux entreprises"

François Villeroy de Galhau attend que les signes de reprise se confirme.

François Villeroy de Galhau attend que les signes de reprise se confirme. - -

Le directeur général délégué de BNP Paribas était l'invité de BFM Business, ce mardi 15 octobre. Il est notamment revenu sur la conjoncture et a appelé le gouvernement à simplifier la réglementation fiscale.

Mi-figue, mi-raisin.Tel a semblé être l'avis de François Villeroy de Galhau sur la conjoncture, ce mardi 15 octobre.

Invité de BFM Business, le directeur général délégué de BNP Paribas, également responsable des marchés domestiques, a indiqué voir "un certain nombre de signes de stabilisation en Europe"."

"Le regard général sur la zone euro a changé. Il y a deux ans la crise était grave, et on ne savait pas si l'euro resterait notre monnaie. Aujourd'hui cela ne fait plus aucun doute: il n'y a plus de question sur l'avenir de l'euro", a-t-il fait valoir.

Il a poursuivi en affirmant constater "des signes de reprise très molle, très progressive dans la plupart des pays européens".Citant les 0,5% de croissance enregistré par la France au deuxième trimestre, il a estimé que "cette tendance n'est pas isolée", même si "tous ces signes restent à confirmer".

Un appel à la simplification

Revenant ensuite sur le Budget 2014 et sur le fameux "ras-le-bol fiscal", le directeur général délégué de BNP Paribas a surtout appelé à la pause réglementaire.

"Il est extrêmement souhaitable pour les entreprises et les entrepreneurs d'avoir une stabilité et une simplification de ces règles. L'environnement est devenu extraordinairement changeant et compliqué", a-t-il affirmé, ajoutant que "le ras-le-bol fiscal s'alimente en partie de ces changements incessants".

"Il faut faire confiance aux entreprises et aux entrepreneurs car ce sont eux qui créent la croissance et l'emploi", a-t-il poursuivi. Il a toutefois concédé "que ceci est de plus en plus reconnu, y compris dans le discours politique".

J.M.