BFM Business

Est-il vraiment plus facile de changer de banque désormais?

Le "mandat de mobilité bancaire" qui entre en vigueur ce 6 février est censé faciliter le transfert d'un compte vers une nouvelle banque. Mais seuls les comptes courants sont concernés par la mesure.

Changer de banque plus facilement. C'était le but du "mandat de mobilité bancaire" mis en place dans la loi Macron, et qui entre en vigueur ce 6 février. Sauf que le dispositif serait trop léger pour réellement inciter les Français à faire jouer la concurrence entre les banques.

Concrètement, vous pouvez désormais demander à votre nouvelle banque d'effectuer à votre place, et gratuitement, les opérations administratives liées à votre transfert de compte. Dans ce cas, c'est elle qui va contacter tous ceux qui interagissent avec votre compte -EDF qui vous prélève directement, votre employeur qui vous crédite automatiquement de votre salaire, le fisc, etc- pour leur fournir vos nouvelles coordonnées bancaires. Tous les prélèvements et virements qui avaient lieu sur votre ancien compte seront donc automatiquement connectés au nouveau. L'opération doit prendre 30 jours maximum.

Pas de portabilité du RIB

Problème, pointé par l'UFC-Que Choisir: ces facilités ne concernent que votre compte courant. Pas vos livrets A, PEL, CEL ou PEA, ni les contrats type assurance vie, ni les crédits en cours. L'association de consommateurs craint que du coup, l'usager ne transfère que son compte courant, et garde ses autres comptes dans l'ancienne banque. Ainsi, au lieu de limiter les frais bancaires - que l'UFC évalue à plus de 190 euros par an en moyenne, en hausse de 25% sur un an- ces derniers seraient au contraire décuplés. Or selon un sondage Panorabanques réalisé en janvier 2017, les gens qui avaient changé de banque l'année passée y avaient majoritairement consenti à cause de frais bancaires trop élevés (69%).

L'UFC regrette que la mesure ne soit pas de nature à susciter une révolution en France, où seuls 4% des usagers bancaires changent d'établissement, trois fois moins que la moyenne européenne. L'association, qui estime que les Français peuvent économiser jusqu'à 340 euros en changeant de banque, plaidait pour la portabilité du numéro de compte bancaire, comme cela se fait avec le numéro de portable quand on change d'opérateur télécom. Une mesure qui existe déjà en Suède et aux Pays-Bas, et qui permet de ne plus avoir à prévenir personne de son changement de banque, puisque le RIB reste le même. Le député PS Laurent Grandguillaume avait déposé un amendement en ce sens en 2013, mais il avait été rejeté.

N.G.