BFM Business

Cette start-up veut secouer le marché des complémentaires santé

CNP Assurances a participé à la levée de fonds de 12 millions d'euros d'Alan, aux côtés de Partech Ventures et de Power Financial Corporation of Canada

CNP Assurances a participé à la levée de fonds de 12 millions d'euros d'Alan, aux côtés de Partech Ventures et de Power Financial Corporation of Canada - Franck Fife-AFP

Baptisée Alan, cette jeune société vient de lever 12 millions d'euros. Elle propose un tarif unique de 55 euros par mois aux salariés de PME ou de start-up. Tout se fait en ligne, de l'adhésion à la relation avec les assurés.

Il n'est pas courant qu'un nouvel entrant s'attaque de front aux complémentaires santé, marché où des dizaines d'assureurs sont déjà actifs. C'est d'ailleurs avec le soutien financier d'un des grands acteurs de la place de Paris, CNP Assurances, qu'Alan se lance, avec un profil très axé sur la technologie et l'internet. Le puissant assureur a souscrit à la première levée de fonds de 12 millions d'euros de cette jeune pousse aux côtés de Partech Ventures et de Power Financial Corporation of Canada.

Outre ces fonds, Alan a reçu il y a quelques jours l'agrément du régulateur du secteur, l'ACPR (autorité de contrôle prudentiel et de résolution). Ce serait le premier accordé à un assureur indépendant depuis 1986. "Depuis que nous avons créé l'entreprise en janvier, nous nous sommes attachés à remédier à toutes les frustrations que nous avons eues par le passé avec des complémentaires santé à savoir la complexité, la paperasse, la démesure des processus administratifs et l'asymétrie de l'information" explique sur son blog, Jean-Charles Samuelian, cofondateur et PDG d'Alan.

-
- © Le nouvel assureur santé veut soulager les employeurs comme les salariés des contraintes liées aux complémentaires avec une souscription 100% en ligne-Alan

Pour se démarquer de ses rivales, l'approche d'Alan se fonde une offre numérique avec une souscription 100% en ligne simplifiée, sans papier. Son tarif unique de 55 euros par mois et par salarié a été pensé pour les PME ou les jeunes entreprises. Les processus administratifs ont été réduits à leur strict minimum. L'inscription de l'entreprise prendrait quelques minutes, chaque salarié s'enregistrant ensuite lui-même sur Internet, promettent les fondateurs d'Alan.

La start-up entend surfer sur la nouvelle réglementation qui, depuis janvier 2016, fait obligation à l'employeur de faire bénéficier ses salariés d'une complémentaire santé, quelle que soit leur ancienneté dans l'entreprise. S'adressant aux entreprises déjà "équipées", la jeune société s'empresse de rappeler qu'elles ont jusqu'au 31 octobre pour dénoncer leur contrat en cours. Une obligation "imposée par les assureurs en place", dit-elle et qu'Alan entend faire changer puisque ses propres offres sont sans engagement...

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco