BFM Business

Brexit: la BCE s'inquiète des "coquilles vides" créées par les banques

La BCE a transmis ses inquiétudes aux ministres des Finances de  la zone euro

La BCE a transmis ses inquiétudes aux ministres des Finances de la zone euro - Boris Roessler - AFP

Les établissements créeraient ces coquilles vides pour pouvoir continuer à exercer leurs activités dans l'Union européenne, tout en laissant leurs services clés à Londres.

La BCE s'est inquiétée lundi de voir les banques internationales basées à Londres s'appuyer sur des "coquilles vides" pour continuer à exercer dans l'UE après le Brexit, tout en gardant des services clés dans la capitale britannique.

Selon une source proche de la BCE, Danièle Nouy, la présidente du superviseur des banques européennes, le SSM, institution chapeautée par la Banque centrale européenne, a fait part de ses craintes aux ministres des Finances de la zone euro, lors d'une réunion à Bruxelles.

Alors que le Royaume-Uni est supposé quitter l'UE fin mars 2019, Londres tente de maintenir la dominance de la City en tant que place financière incontournable, au grand dam de ses concurrentes européennes, comme Francfort ou Paris.

Garder la main sur le passeport financier

Si le Royaume-Uni décide de s'engager dans la voie d'un Brexit "dur", les banques basées à Londres perdraient "leur passeport financier", qui leur permet de proposer leurs services depuis Londres à des clients des vingt-sept autres pays.

Pour continuer à opérer dans l'Union, les établissements financiers devraient établir un nouveau siège dans un pays de l'UE.

Un certain nombre de banques ont déjà indiqué leur projet de déplacer des emplois vers d'autres centres financiers européens, notamment Francfort mais aussi Paris et Dublin.

Mercredi dernier, un haut responsable de la Banque d'Angleterre (BoE) avait prévenu qu'environ 10.000 emplois dans la banque et l'assurance pourraient être délocalisés du Royaume-Uni immédiatement après le Brexit.

J.M. avec AFP