BFM Business

BMPS va se séparer de 20% de ses effectifs

-

- - Petra Milosevic CC

La banque italienne en grande difficulté depuis quelques année compte fermer 600 agences sur 2.000 et supprimer plus de 5.000 postes en son sein.

La BMPS va réduire ses effectifs de 20% d'ici 2021 et fermer 600 agences sur 2.000 dans le cadre de son plan de restructuration, a annoncé mercredi la banque italienne dans un communiqué. Bruxelles a donné mardi son feu vert définitif à ce plan, qui prévoit la baisse du nombre d'employés de 25.556 à 20.065 d'ici 2021 (-5.491 personnes). La banque, qui a multiplié les pertes ces dernières années, entend grâce à ce plan de relance enregistrer un bénéfice net supérieur à 1,2 milliard en 2021.

La Commission européenne, à l'issue de longues négociations, a donné mardi son feu vert définitif à ce plan, qui prévoit la baisse du nombre d'employés de 25.566 à 20.065 d'ici 2021 (-5.501 personnes). La plus vieille banque de la planète ne procèdera néanmoins à aucun licenciement.

"Rétablir un chemin de croissance"

La Monte dei Paschi di Siena, qui a multiplié les pertes ces dernières années, finissant notamment 2016 dans le rouge à hauteur de 3,2 milliards d'euros, entend grâce à ce plan de relance enregistrer un bénéfice net de quelque 600 millions d'euros en 2019, puis supérieur à 1,2 milliard en 2021. La banque se concentrera sur les particuliers et les petites entreprises à travers un nouveau modèle simplifié et prévoyant une forte numérisation des procédures.

Ce plan est "une étape très importante pour rétablir un chemin de croissance. La restauration de nos dépôts, de notre portefeuille de crédits, de nos bénéfices, sera un processus long, et il ne peut en être autrement. Mais (ce processus) est clairement là", a affirmé le patron de la BMPS, Marco Morelli, lors d'une conférence téléphonique, en précisant qu'au premier trimestre la banque avait déjà récupéré 5,5 milliards d'euros de dépôts. Le plan permettra de "créer les bases pour une banque durable et rentable", a-t-il affirmé.

Il prévoit une recapitalisation de 8,1 milliards d'euros: quelque 3,9 milliards d'euros seront injectés par l'Etat italien, tandis que les quelque 4,3 milliards restants viendront de la mise à contribution des détenteurs d'obligations subordonnées. Rome compensera les petits porteurs à qui ces obligations avaient été vendues de "manière abusive", c'est-à-dire sans les informer du risque encouru. Quelque 42.000 Italiens détiennent des obligations subordonnées de la BMPS.

N.G. avec AFP