BFM Business

Barclays taille dans ses effectifs pour se relancer

La banque Barclays a perdu plus d'un milliard de livres en 2012

La banque Barclays a perdu plus d'un milliard de livres en 2012 - -

La banque britannique a annoncé, ce mardi 12 février, un plan stratégique qui va la conduire à supprimer 3 700 emplois en 2013. L’objectif est de dégager 1,7 milliard de livres d'économies d’ici à 2015.

La presse britannique n’avait pas vu assez gros. Lundi, le Financial Times rapportait que Barclays s’apprêtait à annoncer la suppression de 2000 emplois dans le monde pour dégager des économies massives.

Ce mardi 12 février, la banque britannique a dévoilé un plan stratégique, qui vise bien plus. Barclays ainsi supprimer au moins 3 700 emplois en 2013, dans le but d’économiser 1,7 milliard de livres (2 milliards d'euros) d’ici à 2015.

Dans le détail, sur ces 3 700 suppressions de postes, 1 900 seront opérées dans la banque de détail en Europe et 1 800 dans la banque d’investissement.

L’objectif pour Barclays est évidemment de redresser la tête après une année 2012 catastrophique, qui a vu la réputation de la banque ternie par son implication dans le scandale du la manipulation des taux interbancaires Libor. Ce scandale a causé le départ de son emblématique patron, Bob Diamond, qui a démissionné en juillet dernier. La banque a également écopé d’une amende de 360 millions d’euros.

La banque a également dû passer de lourdes provisions pour faire face aux poursuites liées à un autre scandale : celui des ventes forcées d’assurances emprunteurs.

Redorer son blason

Les résultats financiers du groupe, publiés ce même jour reflète l’annus horribilis, qu’a connu Barclays, avec une perte nette de 1,04 milliard de livres (1,2 milliard d‘euros) contre un bénéfice de 3 milliard de livres en 2011.

Pour retrouver le chemin de la rentabilité et redorer son blason, Barclays va, à côté des mesures d’économies décrétées, investir. Les futurs investissements du groupe concerneront prioritairement le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Afrique. Barclays cible plus particulièrement ces zones géographiques car elle possède, dans ces régions, une taille suffisamment importante et un avantage compétitif.

"Barclays est en train de changer. Nous voulons changer ce que fait Barclays et la façon dont nous le faisons", a déclaré son nouveau directeur général Antony Jenkins.

Preuve que la banque cherche à améliorer son image : Barclays a annoncé la fermeture de sa division banque "Structured Capital Markets", qui conseillait les multinationales pour leur permettre de payer le moins d'impôts possible. Il faut dire que certaines entreprises se débrouillent très bien toutes seules.

Julien Marion et AFP