BFM Business

Affaire LSK: Strauss-Kahn refuse de payer la facture

Le fisc luxembourgeois réclame 75.000 euros à DSK.

Le fisc luxembourgeois réclame 75.000 euros à DSK. - François Lo Presti - AFP

Le fisc luxembourgeois réclame 75.000 euros à l'ancien patron du FMI, après la faillite de la société dont il a été un temps président. Mais "DSK" ne l'entend pas de cette oreille.

LSK n'en finit plus d'empoisonner la vie de Dominique Strauss-Kahn, qui refuse de payer 75.000 euros réclamés par le fisc luxembourgeois depuis la faillite de la société, a affirmé mercredi son avocat.

L'ancien patron du FMI "n'exerçait aucune fonction dirigeante" au sein de cette société, a souligné Me André Lutgen, devant le tribunal administratif du Luxembourg. L'avocat estime qu'il n'appartient pas au tribunal administratif de "traiter d'un contentieux ayant pour objet la responsabilité civile des représentants" d'une société vis-à-vis du fisc.

Le ténor du barreau luxembourgeois a ainsi demandé que le tribunal administratif - qui pourrait rendre sa décision au cours du mois - se tourne vers la Cour constitutionnelle du Luxembourg.

Faillite en 2014

L'ancien favori des primaires socialistes à l'élection présidentielle de 2012 s'était associé en octobre 2013 à Thierry Leyne, fondateur de la société financière Anatevka, après les déboires judiciaires aux États-Unis qui l'avaient amené à se retirer de la vie politique.

Devenue Leyne Strauss-Kahn et Partners (LSK) et surfant sur la popularité de son nouvel associé, l'entreprise devait lancer un fonds d'investissement et devenir une banque d'affaires. Mais elle a fait faillite en novembre 2014, quelques jours après la démission de Dominique Strauss-Kahn de ses fonctions d'administrateur, puis le suicide de Thierry Leyne à Tel Aviv.

Le fisc exige depuis le versement de 74.792,40 euros d'impôts sur les salaires au titre de l'exercice 2014. Au Luxembourg, cet impôt est directement prélevé par l'État auprès des entreprises.

Plusieurs affaires judiciaires concernant LSK et ses représentants sont pendantes devant d'autres instances judiciaires luxembourgeoises, notamment en matière commerciale.

Y.D. avec AFP