BFM Business

Affaire BPCE: que risque François Pérol?

François Perol devrait rester patron de BPCE, quand bien même il serait mis en examen.

François Perol devrait rester patron de BPCE, quand bien même il serait mis en examen. - -

Le patron du groupe bancaire a été entendu par la justice à propos de sa nomination sur laquelle pèsent des soupçons de conflit d'intérêt. Faut-il s'attendre à son remplacement à la tête de BPCE?

Nouveau rebondissement pour BPCE. François Pérol, le patron du groupe, a été entendu par les juges ce 6 février à propos de sa nomination à la tête du groupe issu de la fusion des Caisses d'épargnes et des Banques populaires. Il était à l'époque secrétaire général adjoint de l'Elysée. L'enquête avait été lancée en 2010. Au sein de la banque, on assure qu'il n'y a pas de quoi déstabiliser François Perol à la tête du groupe.

Bien sûr en interne, c'est le sujet qui alimente les discussions. Il y a même quelques barons régionaux qui en profiteraient bien pour tirer la couverture à eux, nous dit-on. Mais François Perol a pour principal argument son bilan, largement salué en interne, au sein du Conseil de surveillance.

La jurisprudence Orange

"Il faut voir dans quelles conditions il est arrivé, il nous a vraiment tiré d'une mauvaise passe", estime l'un de ses dirigeants. En clair, il n'est pas question de changer de patron.

Ce débat-là a déjà été tranché nous dit-on, "quand il a fallu le reconduire en 2012, nous avons décidé de signer à nouveau pour quatre ans, ce n'est sûrement pas pour le lâcher maintenant alors qu'il vient tout juste de dévoiler le plan stratégique".

Et quand bien même il serait mis en examen, pas de quoi le pousser vers la sortie. En interne, on évoque "la jurisprudence Orange": Stéphane Richard, mis en examen dans l'affaire Tapie, est toujours à la tête du groupe. François Perol lui aussi pourrait très bien rester aux manettes.

Caroline Morisseau