BFM Business

Appels au boycott de L'Oréal, qui va supprimer les mots "blanchissants" et "clairs" de ses produits

-

- - ERIC PIERMONT - AFP

"Blanc", "blanchissant", "clair"... le groupe L'Oréal a décidé de retirer certains mots de ses emballages de produits cosmétiques, dans un contexte mondial de manifestations anti-racistes. Une décision qui suscite de nombreuses réactions.

Difficile de trouver des voix pour soutenir le choix du géant français des cosmétiques de supprimer les mots "blanc", "blanchissant" et "clair" de ses produits. Une décision prise dans un contexte de lutte contre le racisme et les discriminations, dans le sillage de l’émotion mondiale suscitée par la mort de George Floyd.

Personnalités, anonymes et politiques réagissent à tour de bras depuis le communiqué publié ce samedi. La plupart sur le ton de l’humour en dénonçant l’absurdité de ces décisions.

Même chez les ardents défenseurs de la lutte contre le racisme, comme Rokhaya Diallo, certains pointent un acte de pure communication teinté d’hypocrisie.

Autre signe de la fronde qui s'élève face à la décision du géant français des cosmétiques, le #JarreteLoreal pointait en tête des tendances France sur Twitter ce dimanche, appelant au boycott pur et simple de tous les produits de toutes les marques du groupe. Les sphères nationalistes notamment se sont précipitées sur les réseaux sociaux.

Les produits cosmétiques promettant un éclaircissement de la peau représentent un marché colossal, notamment en Afrique. En 2011, l'Organisation mondiale de la santé indiquait que ces crèmes "blanchissantes" étaient utilisées par 25% des femmes au Mali, 35% en Afrique du Sud, 59% au Togo et même 77% au Nigeria.

La décision de L'Oréal intervient après celle de la filiale indienne d'Unilever, qui a choisi de rebaptiser sa crème éclaircissante "Fair & Lovely". La star indienne Priyanka Chopra a quant à elle été vivement critiquée sur les réseaux sociaux pour avoir soutenu le mouvement "Black Lives Matter" tout en gardant son rôle d'ambassadrice pour une de ces marques.

Le géant américain, Johnson and Johnson a pour sa part décidé d'aller plus loin, en interdisant cette semaine la vente de substances éclaircissantes conçues pour l'Asie et le Moyen-Orient.

Sandrine Serais